Plein écran
© Getty Images

Les femmes ronflent autant que les hommes (mais ont du mal à l'admettre)

Ne pas se rendre compte de ses ronflements peut avoir de graves conséquences.

Des chercheurs ont montré que les femmes ronflent autant et aussi fort que les hommes. L'étude menée par l'Université Ben Gurion en Israël s'est intéressée au sommeil de 2.000 hommes et femmes âgés de 49 ans en moyenne. Ces derniers ont été invités à remplir un questionnaire évaluant leurs ronflements, pour ensuite être observés durant la nuit.

Nimrod Maimon, pneumologue à l'université Ben Gurion et responsable de l'étude, explique qu'"il est apparu que les femmes et les hommes ronflaient autant les uns que les autres" et ce, à un niveau sonore similaire. Soit autour de 50 décibels, ce qui correspond à un bruit un peu moins fort que celui d'un sèche-cheveux. 

Peu de femmes s'en rendent compte
Cependant, les résultats diffèrent entre les hommes et les femmes lorsqu'il est question de se rendre compte de ces ronflements... Alors qu'elles étaient 88% à ronfler, seules 72% des femmes l'avaient déclaré avant les tests.

Au contraire, les hommes ont tendance à surestimer leurs ronflements. 93,1% des participants de la gent masculine assuraient ronfler, alors qu'ils n'étaient en réalité que 92,6% à le faire.

Des conséquence sur la santé
Si ces résultats vont permettre à certains de chambrer leur partenaire, ils nous permettent surtout de prendre conscience des conséquences des ronflements. Lorsqu'ils sont fréquents et forts, les ronflements peuvent être le signe d'un syndrome potentiellement dangereux pour la santé, à savoir l'apnée du sommeil. 

Ce phénomène se manifeste par des interruptions répétées de la respiration de plusieurs dizaines de secondes durant le sommeil. Ce qui peut diminuer la qualité du sommeil mais aussi augmenter le risque d'arrêt cardiaque et d'accident vasculaire cérébral. Ne pas se rendre compte de ses ronflements peut donc occulter de vrais problèmes de santé.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. Le témoignage d’une aide-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostitution. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Le témoignage d’une ai­de-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostituti­on. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Il existe des métiers plus faciles que d’autres, des métiers qui rapportent plus que d’autres et des métiers qu’il est plus difficile de quitter que d’autres. Selon Maya (nom d’emprunt), être aide-ménagère n’est pas compliqué. En revanche, faire ses adieux au milieu, comme elle souhaite le faire depuis longtemps, c’est une autre histoire.