Plein écran
© getty

Les jeunes se droguent de moins en moins, les adultes de plus en plus

Un constat de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), relayé par BFMTV.

L'OFDT vient de publier son rapport annuel sur les drogues et les addictions en France et s'inquiète surtout des habitudes des trentenaires et des quadragénaires actuels. La consommation de cannabis a en effet augmenté lors de la dernière décennie chez les 26-54 ans. Quant à la cocaïne, elle "s'enracine chez les adultes", surtout au sein de la tranche des 26 - 34 ans, souligne l'Observatoire qui pointe le "vieillissement des générations fortement expérimentatrices des années 90-2000". 

Chez les adolescents, en revanche, la consommation de drogue recule nettement. Un constat qui vaut pour la France mais aussi l'Europe et les États-Unis. Les jeunes boivent également de moins en moins: en un peu plus d'une décennie, la proportion des adolescents de 17 ans qui n'ont jamais bu de leur vie a presque triplé.  

Les usages quotidiens d'alcool ne baissent plus chez les adultes. En 2017, 40% des 18-75 ans déclarent avoir bu au moins une fois par semaine et 11% quotidiennement. La consommation de boissons alcoolisées évolue avec l'âge: le vin concerne ainsi 14 % des 18-25 ans, proportion qui croît régulièrement pour atteindre 50 % des 65-75 ans; à l'inverse, la proportion de buveurs de bière dans la semaine est maximale chez les 18-25 ans (23 %) et décroît avec l'âge (12 % chez les 65-75 ans); celle de spiritueux dans la semaine varie beaucoup moins: elle passe de 11 % parmi les 18-25 ans à 8,1 % parmi les 35-44 ans, pour remonter à 12 % parmi les 65-75 ans.

Le rapport complet de l'OFDT.

  1. Le stress du confinement parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Le stress du confine­ment parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Vous espériez peut-être, dans ce contexte de confinement et de repli sur son jardin intérieur, ressentir moins de pression et de FoMo (fear of missing out, cette expression qui traduit la peur de manquer une occasion d’interagir). Pauvres dupes. Vous avez le sentiment de crouler encore plus sous la pression des apéros via “houseparty”, des parents qui bombardent les groupes Whatsapp de l’école d’exercices ludiques et de leur cadence de révisions, ou des maisons “plus propres et rangées que jamais” qui fleurissent sur Instagram? Bonne nouvelle, vous n’êtes pas seuls. La moins bonne, c’est que le stress de la performance sociale pendant le lockdown, ajoutée à celle du télétravail avec enfants, est un vrai danger pour votre santé mentale.
  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.