Plein écran
© thinkstock

Les lieux de rencontres sexuelles informels, nids à IST

Le nombre de séropositifs est "en recrudescence" en France parmi ceux qui fréquentent les lieux de rencontres sexuelles informels comme les parkings, parcs, aires d'autoroutes et forêts, selon l'association anti-sida HF Prévention.

"Aujourd'hui sur les lieux de rencontres extérieurs, comme les parkings, les forêts et les aires d'autoroutes, on a une prévalence de séropositivité en recrudescence avec plus de 5%", a déclaré mardi le président de cette association, Jérôme André, lors d'une conférence de presse.

HF Prévention va à la rencontre d'un public qualifié "d'invisible", car échappant aux classiques campagnes de dépistage. Il s'agit souvent de personnes dans le déni de leur homosexualité ou de leur pratique occasionnelle de la prostitution.

A bord de camionnettes, l'association propose à proximité de ces "lieux de consommation sexuelle" des tests rapides de dépistage du sida (Trod), qui indiquent en moins d'une demi-heure si une personne est séropositive (contre un délai de plusieurs jours pour un test classique).

HF Prévention a réalisé, en 2013, 540 tests dans ces "lieux de rencontres extérieurs" et relevé un taux de séropositivité de 5,16%, plus de vingt fois supérieur au taux de séropositivité moyen enregistré dans les centres de dépistage classiques (environ 0,2%), selon M. André.

Dans d'autres catégories de lieux de rencontres informels, baptisés "milieux ouverts ciblés", qui regroupent les centres commerciaux, les campus universitaires et les centres-villes, le taux de séropositivité calculé par l'association à partir des tests rapides pratiqués sur place atteint 1,25%.

"Les publics invisibles fréquentent des lieux de rencontres et de consommation sexuelle loin des structures spécialisées bien identifiées comme les saunas, clubs, discothèques ou bars", explique l'association. "On est la seule association à faire ce travail auprès de personnes qui se disent hétérosexuelles, qui sont souvent pères de familles et mariés, mais qui ont des pulsions et se retrouvent sur des lieux de rencontre extérieurs pour rencontrer des hommes", a déclaré M. André.

Il peut s'agir aussi d'hommes ou de femmes qui se prostituent de manière occasionnelle et plus ou moins assumée. Ce "public invisible" est généralement peu soucieux de prévention et très exposé au risque de transmission du sida, explique l'association. D'où l'importance du travail d'identification et de "classification" de ces nouveaux lieux de "consommation sexuelle" que l'association est en train de mener, a-t-elle souligné.

  1. Arrêtez de râler: l'été n’est pas annulé
    Blog

    Arrêtez de râler: l'été n’est pas annulé

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici, Facebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.