Plein écran
© capture d'écran

"Mon régime? Pas de nourriture, uniquement de l'eau et du soleil"

VideoNavenna Shine, 65 ans, teste un régime de l'extrême. Depuis cinq semaines, elle ne mange plus solide. Elle ingurgite seulement de l'eau et profite des bienfaits du soleil...

"Fais comme l'oiseau, ça vit d'air pur et d'eau fraîche..." Le régime de Navenna Shine, qui vit à Seattle, fait indéniablement penser à la chanson de Michel Fugain. Et pour cause, cette sexagénaire teste, depuis le 3 mai dernier, l'inédie (ou respirianisme). Elle a volontairement arrêté de manger solide afin de voir si le soleil pouvait, à lui seul, lui apporter les nutriments nécessaires. Seule exception, évidemment, elle boit de l'eau. Beaucoup d'eau.

La sexagénaire raconte son expérience dans des capsules publiées sur Youtube et Facebook. Dans sa vidéo la plus récente, elle affirme "aller très bien" et ressentir parfois "des tiraillements qui ressemblent à de la faim".

Effets secondaires
Ce régime n'est pas sans danger et elle a fait face à quelques effets secondaires désagréables, dont un "goût de bile" au fond de la gorge, la constipation, des nausées... Au niveau social aussi, cela pose quelques problèmes à la retraitée. "Mes amis ont fait un barbecue ce soir", écrit-elle au septième jour de ce régime particulier. "Je ne pouvais pas y goûter mais je les ai vus passer un bon moment. Ils m'ont envoyé leur amour mais pas de steak!"

Elle continue: "La nourriture est un tel lien social qu'y renoncer exige aussi d'apprendre à interagir dans une situation sans nourriture! Imaginez que vous allez à un mariage ou une grosse fête et que vous ne mangez pas ce qu'il y a dans le buffet! Je ne veux même pas y penser."

Elle a dû réapprendre à organiser ses journées (habituellement ponctuées de repas et en-cas). Elle regarde des films, dort ou fait de l'exercice. La sexagénaire, qui est à sa cinquième semaine d'expérience, planifie de la continuer encore trois à cinq mois. Navenna a déjà perdu 13 kilos.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.