Plein écran
© getty

Nez bouché, nez qui coule... comment en venir à bout?

Quelques astuces pour arriver à bout d'un vilain rhume.

En hiver, il est très courant d'avoir le nez qui coule, le nez bouché ou même les 2 en même temps. Ces désagréments sont les manifestations classiques du rhume. Appelé aussi "coryza", le rhume est une affection bénigne, le plus souvent virale (près de 200 virus peuvent être à l'origine d'un rhume) et très fréquente. En moyenne, un adulte souffre de 2 à 3 rhumes par an tandis qu'un enfant, plus fragile, peut en souffrir jusqu'à 8 fois par an!

Mécanisme de défense
Le rhume est une inflammation de la muqueuse nasale suite au contact avec un ou plusieurs virus. Le mécanisme est simple: les virus pénètrent dans la cavité nasale et vont se fixer sur la muqueuse. En réaction, les vaisseaux sanguins présents dans le nez se dilatent afin d'amener des cellules de défense. La muqueuse nasale gonfle (le nez se bouche) et sécrète du mucus afin d'évacuer les virus incriminés (le nez coule). Les symptômes de nez bouché ou de nez qui coule sont, en fait, des mécanismes de défense de l'organisme.

Soulager les symptômes
La prise en charge d'un rhume est uniquement symptomatique. On ne peut, malheureusement, pas en diminuer la durée. L'adage "un rhume, c'est 7 jours sans médicaments et une semaine avec" s'avère être assez réaliste. Aucun médicament ne raccourcit la durée d'un rhume. Par contre, il est possible de diminuer l'intensité des symptômes et d'améliorer le confort de vie du malade par quelques moyens simples et produits disponibles en pharmacie:

- Les astuces non médicamenteuses
La base quand un nez se bouche ou coule? Le mouchage! Bien souvent, ce geste santé est oublié. Pourtant, c'est la première chose à faire pour évacuer les virus présents sur la muqueuse nasale. D'autres conseils peuvent aussi être suivis: se reposer, aérer son intérieur (au moins 15 à 20 minutes par jour), éviter de surchauffer sa chambre à coucher (idéal = 16-18°C), éviter l'inhalation d'air froid, de fumée de cigarette,...

- Le sérum physiologique et les sprays d'eau salée
Ce sont les atouts de choc pour un mouchage efficace et une hygiène nasale au top. Le sérum physiologique ou les sprays d'eau salée vont humidifier la muqueuse et permettre l'évacuation plus active du mucus rempli de virus. Ils peuvent être utilisés autant de fois que nécessaire et sur le long terme. Les sprays dits "hypertoniques" sont un peu plus salés que les sprays classiques. Ils exercent un effet décongestionnant en désengorgeant les cellules de la muqueuse nasale. Plus irritants, ils ne doivent pas être utilisés à trop long terme.

- Les sprays et comprimés décongestionnants/anti écoulements
De nombreux sprays et comprimés décongestionnants et/ou anti écoulements existent. Ils sont efficaces et soulagent vite le malade. Par contre, il est primordial de bien respecter leur posologie car ils possèdent des effets indésirables. Demandez toujours conseil à votre pharmacien.

Limiter la contagion
Le rhume est une affection très contagieuse. Afin de limiter la contamination de l'entourage, il est recommandé de se couvrir la bouche lors d'une toux ou d'un éternuement, d'utiliser des mouchoirs en papier jetables et de se laver les mains au savon et à l'eau le plus régulièrement possible.

Quand consulter?
Bien que dans la grande majorité, les symptômes du rhume soient bénins, certains signaux d'alarme doivent nous pousser à aller consulter: des sécrétions vertes ou jaunes depuis plus de 5 jours, des douleurs au niveau des sinus, une forte fièvre, une douleur à l'oreille,...

  1. Elle contracte une bactérie mangeuse de chair alors qu’elle n'a même pas mis le pied dans l’eau

    Elle contracte une bactérie mangeuse de chair alors qu’elle n'a même pas mis le pied dans l’eau

    Noelle Guastucci est la dernière personne à avoir contracté une bactérie mangeuse de chair aux États-Unis depuis le début de l’année. La Californienne a ressenti “une douleur atroce” au pied gauche le 4 juillet dernier. Son pied s’est mis à enfler tant et si bien qu’elle ne voyait plus ses orteils. “La douleur était horrible. Sur une échelle de 1 à 10, c’était un 11. J’avais l’impression que quelqu’un avait versé de l’acide sur mon pied.”