Plein écran
© thinkstock

Papy veut vieillir chez lui: comment l'aider?

Ce n'est pas parce qu'on est vieux qu'on doit forcément finir ses jours en maison de repos. Une petite société belge aide les personnes âgées à prolonger leur autonomie et soulage les proches de nombreux tracas administratifs.

On en passera tous par là: un jour, on sera vieux et on deviendra tristement dépendant des autres pour vivre. Si des infrastructures accueillant les personnes âgées existent, elles sont horriblement coûteuses et les places sont peu nombreuses. Une jeune Belge diplômée de l'ICHEC a décidé de s'intéresser à ceux qui désirent vieillir chez eux. Pauline Dubois a créé CURA, une petite société qui permet à papy de rester le plus autonome possible.

Parce que les familles se sentent souvent débordées par l'ampleur de la tâche, CURA prend toutes les mesures nécessaires pour faciliter le quotidien de la personne âgée. Après la création d'un Dossier de Vie, reprenant les coordonnées et l'organigramme de toutes les personnes intervenant auprès de la personne dans le besoin, CURA se charge des petits soucis administratifs: virements, domiciliations, changements d'adresse, organisation de voyage, etc. Parce qu'il faut bien l'avouer: passé un certain âge, on est vite dépassé...

CURA accompagne aussi la personne demandeuse aux divers rendez-vous médicaux ou administratifs, organise des activités culturelles si elles sont souhaitées, adapte la maison aux besoins spécifiques si nécessaire (monte escalier, etc) et aborde le difficile "après" avec la personne concernée.

Cette petite société se substitue en quelque sorte aux proches en traitant les moments de vie les plus délicats. La famille profite ainsi des bons moments, les autres ayant été pris en charge par une personne extérieure et donc forcément moins impliquée. Une chouette initiative. Infos ici.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.