Plein écran
© thinkstock

Perdre du poids grâce à un jeu vidéo

Les jeux vidéo peuvent nous aider à perdre du poids. Selon une étude britannique, ceux-ci auraient un impact positif sur le contrôle de notre alimentation.

Selon cette étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Plymouth au Royaume-Uni qui a été publiée dans la revue Appetite et relayée par 20 minutes, une partie de jeux vidéo mobilise une grande partie de l'esprit et nous fait  donc oublier toute sensation de faim.

Pour les besoins de cette étude, une centaine d'hommes, âgés de 18 à 30 ans, ont été divisés en deux groupes. Le premier a été confronté à un écran qui mentionnait qu'un programme était en cours de chargement tandis que l'autre jouait à une partie de Tetris. Et il s'avère que ce sont les personnes qui jouaient au célèbre jeu vidéo qui ont le moins ressenti la faim.

Selon les chercheurs, la raison est simple. Lorsque l'on a faim, le cerveau génère des images d'aliments. Mais voilà, il se trouve que quand on est en train de jouer à un jeu vidéo, cet espace cognitif est occupé.

"Ce jeu occupe le même processus mental dont vous avez besoin pour imaginer la nourriture, la boisson ou la drogue dont vous avez envie. Vous ne pouvez pas faire les deux à la fois, confie l'un des auteurs de cette étude selon lequel cette découverte pourrait également permettre de lutter contre les addictions.

  1. Le témoignage d’une aide-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostitution. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Le témoignage d’une ai­de-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostituti­on. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Il existe des métiers plus faciles que d’autres, des métiers qui rapportent plus que d’autres et des métiers qu’il est plus difficile de quitter que d’autres. Selon Maya (nom d’emprunt), être aide-ménagère n’est pas compliqué. En revanche, faire ses adieux au milieu, comme elle souhaite le faire depuis longtemps, c’est une autre histoire.