Pim’s, Napolitain, Granola: voici les pires biscuits de supermarché

Les enfants sont rentrés à l’école depuis un mois et on glisse régulièrement dans leur cartable un petit biscuit au chocolat acheté au supermarché. Les quelques minutes de plaisir que le biscuit procure sont en réalité très mauvaises pour la santé. 60 millions de consommateurs a analysé 36 marques de gâteaux du commerce, parmi les préférés du grand public. Les résultats sont affolants.

Plein écran
Les Pim's de Lu sont parmi les pires biscuits analysés par 60 millions de consommateurs. © LU

16 biscuits au chocolat, 4 moelleux au chocolat, 5 gâteaux aux fruits et 11 biscuits secs ont été passés au crible. Valeur calorique (pour 100 grammes de produit), quantités d’acides gras, teneurs en glucides et sucres, fibres, sel: tout a été analysé. Les étiquettes ont été également étudiées, ainsi que la quantification de composés néoformés.

Mauvaise nouvelle: rien ne va, ou quasiment. Le pire moelleux au chocolat est le Napolitain de LU tandis que les Pim’s  de LU sont les pires gâteaux au fruit. Matières grasses, teneur en sucre ou en fibre: rien ne va. Le Palmier au beurre de St Michel est le pire des biscuits secs: il est beaucoup trop gras et 60 millions de consommateurs regrette ses composés néoformés.

Parmi eux, l’acrylamide qui est “un contaminant qui se forme naturellement lors de la cuisson des aliments au cours d’un ensemble de réactions chimiques entre les acides aminés et les sucres en présence”. Il présente un risque cancérigène. D’autres biscuits contiennent de l’acrylamide: les BN, les Petit-Beurre 5 céréales Casino Bio, le Palmier au Beurre St Michel et le Granola au chocolat au lait de LU.

  1. Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils malade: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Pascal Angillis, coach du Spirou Charleroi, a décidé de mettre sa carrière d’entraîneur entre parenthèses pour rester au chevet de son fils, touché par une tumeur à l’œil. Il prend un “congé ponctuel” de deux à trois mois pour “raisons personnelles”, a-t-il expliqué dans un communiqué publié lundi sur le site internet www.spiroubasket.be du club de l’Euromillions Basket League.
  2. Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”
    Interview

    Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”

    On n’est pas malade quand on a 27 ans. On a la vie devant soi, des projets plein la tête, on sort, on rit, on danse, on boit des coups… Le 23 septembre 2018, Agathe Auproux, chroniqueuse dans “Touche pas à mon poste !”, 736.000 abonnés sur Instagram, déjeune avec des copines lorsqu’elle découvre l’existence d’une boule juste au-dessus de la poitrine. “C’est chelou, non ?” Elle descend dans les toilettes du restaurant où elle se trouve pour s’examiner. À part cette boule étrange, rien à signaler. Si ce n’est peut-être qu’elle est fatiguée, qu’elle a moins d’appétit, qu’elle dort mal… Elle comprend tout de suite que “quelque chose ne va pas”. “La maladie est invisible, mais je la vois. Je ne peux pas la nommer, mais je sais qu’elle est là.” Agathe apprendra deux mois plus tard qu’elle souffre d’un lymphome de stade 2 sur 4. La jeune femme a fait six mois de chimiothérapie. Elle a longtemps dissimulé sa maladie au grand public, planquant sa chute de cheveux sous des barrettes et son cathéter avec des vêtements à col roulé. Elle est aujourd’hui en rémission et sort “Tout va bien”, un livre dans lequel elle partage avec franchise son combat contre la maladie. Elle était à Bruxelles ce vendredi, au lendemain de ses 28 ans. Confidences.
  3. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.