Plein écran
On ressent des picotements, la sensation que la partie du corps est engourdie et que l’on a des difficultés à la mouvoir. C’est un phénomène qui s’appelle la paresthésie. © Getty Images/iStockphoto

Pourquoi a-t-on parfois le pied qui dort?

Avoir des fourmis dans les jambes, le pied qui dort, la main engourdie, c’est déjà arrivé à la plupart d’entre nous. Mais quels sont les mécanismes physiques qui se cachent derrière ces phénomènes ?

La paresthésie

On ressent des picotements, la sensation que la partie du corps est engourdie et que l’on a des difficultés à la mouvoir. C’est un phénomène qui s’appelle la paresthésie. Ces sensations peuvent apparaître, par exemple, après une période de sommeil, le maintien pendant un certain temps de la même position ou le port d’un vêtement trop serré.

Dans ces cas, il s’agit généralement d’une compression qui a été exercée sur les vaisseaux sanguins ou les nerfs et c’est la réapparition de la sensibilité des nerfs et de la circulation du sang qui donne les picotements. Ceux-ci disparaissent ensuite lorsque l’on se remet en mouvement.

Attention, si ces phénomènes sont récurrents, persistants et associés à d’autres symptômes, il convient de consulter un médecin. Ceux-ci peuvent être des signes précurseurs d’un accident vasculaire cérébral, les témoins de pathologies comme la sclérose en plaque, de problèmes musculaires, de lésions des nerfs, d’un déficit de vitamines ou d’un excès d’alcool, pour n’en citer que quelques exemples. Ce ne sont donc pas des indicateurs à prendre à la légère et qui, dans certains cas, demandent une prise en charge d’urgence.

  1. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.
  2. Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.