"Que Van Den Bleeken croupisse là où il est"

VideoInterné depuis 30 ans, le délinquant sexuel Frank Van Den Bleeken, atteint de souffrances psychiques insupportables, a obtenu de la part de la justice belge le droit d'être euthanasié. Quinze autres demandes similaires auraient par ailleurs été introduites. Certains experts ne voient pas d'un bon œil la décision du SPF Justice, tandis que la famille de l'une des victimes crie sa colère dans la presse.

Plein écran
© Benoit De Freine
Plein écran
© ap
Plein écran
© Benoit De Freine

Interrogé par Het Laatste Nieuws, le professeur Wim Distelmans (président de la commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique) tire la sonnette d'alarme. Pour lui, le cas Frank VDB risque de faire des émules.

"Nous faisons fausse route"
"Je comprends que Van Den Bleeken soit atteint de souffrances inapaisables. Mais cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas lui apporter des soins palliatifs. Tout le monde y a droit. Aux Pays-Bas, un traitement thérapeutique était possible. Je dis simplement, on n'a pas été au bout du dossier. Éthiquement, nous faisons fausse route si nous lui accordons l'euthanasie. Je ne le ferai pas en tout cas", explique-t-il.

Du côté des familles des victimes, c'est l'indignation la plus totale. Les sœurs de Christiane Remacle, cette jeune femme de 19 ans tuée et violée en 1989 par VDB, sont scandalisées. Déclaré irresponsable de ses actes à l'époque, le violeur devait pourtant passer le reste de ses jours dans un institut. Ce ne sera pas le cas.

"Personne ne s'est jamais inquiété pour nous"
"Des commissions, des médecins, des experts se penchent depuis si longtemps sur le sort du meurtrier de notre sœur. Par contre, pendant toutes ces années, aucune commission ne s'est souciée de nous ou de nos parents. Aucun médecin nous a demandé comment nous allions. Et après, nous entendons par l'entremise de son avocat à quel point il souffre. Et bien, nous souffrons encore aussi! La décision de la justice est incompréhensible. Qu'il croupisse là où il est", fulminent-elles.

À l'étranger, la nouvelle grand bruit, notamment en France et aux Pays-Bas, et suscite l'incompréhension. Chez nos voisins néerlandais, la critique est assez virulente. "Le sentiment qui prédomine dans l'opinion publique, c'est que l'euthanasie de VDB ne serait pas nécessaire si le traitement des personnes internées était plus performant en Belgique. Ce pays a d'ailleurs déjà été condamné à plusieurs reprises par la CEDH pour des manquements dans ce domaine", écrit par exemple De Volkskrant.

En effet, en janvier dernier, la Cour Européenne des Droits de l'Homme avait rendu simultanément huit arrêts condamnant la Belgique sur ce point précis.

  1. Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Son instinct maternel savait que quelque chose n’allait pas. Aoife Flanagan, une fillette de 3 ans vivant à Rayleigh au Royaume-Uni, se plaignait d’avoir mal au ventre. Elle a ensuite confié à sa mère qu’elle souffrait de douleurs dans d’autres parties de son corps. Eilish, inquiète, a emmené Aoife chez les médecins à plusieurs reprises: onze fois en trois semaines. Elle explique à Fox News: “Elle a été hospitalisée à plusieurs reprises pour des infections mais on nous disait qu’elle souffrait de constipation, chose fréquente chez les enfants.”
  1. “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereuses que les maladies”

    “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereu­ses que les maladies”

    Les rumeurs et fausses informations propagées principalement sur internet au sujet des vaccins constituent un danger encore plus grand que les maladies elles-mêmes, a déclaré jeudi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au sommet Global Vaccination organisé à Bruxelles. La reine Mathilde, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que la ministre de la Santé Maggie De Block ont assisté à l'événement.
  2. Végétalisme déconseillé aux enfants et femmes enceintes: des scientifiques dénoncent un “avis infondé”

    Végétalis­me déconseil­lé aux enfants et femmes enceintes: des scientifi­ques dénoncent un “avis infondé”

    Une centaine de médecins belges et étrangers se sont à nouveau indignés jeudi de l'avis rendu en juin par l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), déconseillant aux femmes enceintes et enfants d'observer un régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal. Dans une réponse adressée à l'ARMB, ces scientifiques dénoncent un "avis infondé" qui "relève de la désinformation", alors que l'instance soutient remplir sa mission d'information.