Plein écran
© Instagram

Sa stomie la transforme en bodybuildeuse

Souffrant d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, Zoey Wright a changé de vie après s'être fait mettre une poche de stomie. Désireuse de reprendre une vie "normale" et de récupérer l'énergie et les kilos perdus, elle s'est lancée un défi: devenir bodybuilder.

Zoey Wright souffre d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin. Elle a été confrontée à une violente perte de poids en 2012. En quatre semaines, elle est passée de 63 kilos à 50 kilos. "Je me souviens de monter sur la balance et de voir les chiffres et je ne pouvais pas y croire", dit-elle à Metro. "Je suis passée de 63 kilos à 50 kilos en seulement quatre semaines. Je pleurais. J'ai beaucoup pleuré. Je pouvais à peine marcher et je ne pouvais pas quitter mon lit parce que j'étais si faible..."

Rapidement, son médecin prend les devants et l'informe sur une possible opération de l'intestin et de la poche de stomie. En 2014, après deux ans de réflexion, elle accepte et se fait retirer une partie de l'intestin. Désormais, ses selles et urines sont déviées dans une poche qu'elle affiche fièrement.

C'est ce diagnostic qui l'a poussée à embrasser le monde des muscles et du bodybuiling. Encouragée par son compagnon bodybuilder, elle s'entraîne fermement et change sosn régime alimentaire. Dix mois seulement après son opération, elle s'entraîne pour son premier concours. "Cette maladie m'a pris mon intestin et m'a changée physiquement", ajoute-t-elle. "Mais pourquoi la laisser me changer mentalement? Quand on a une passion et qu'on avance pour quelque chose, rien ne doit stopper votre bonheur. Le bodybuilding a toujours été ma façon de m'en sortir et l'est encore. Je vais tout déchirer!"

Sur son compte Instagram, les internautes peuvent suivre la métamorphose et les entraînements intensifs de Zoey que sa poche ne gêne nullement. "Je n'ai jamais laissé la maladie m'empêcher d'atteindre mon but", écrit-elle sur Instagram. "Fixez-vous des objectifs et travaillez pour les atteindre (...) Ne laissez pas la maladie mettre des limites à votre vie!"