Plein écran
© getty

Testé pour vous: de vraies solutions contre les règles douloureuses

On en parle peu mais entre 50 et 80% des femmes souffrent de douleurs au moment des règles. À la rédaction, on n'échappe pas à ces statistiques mais au fil des années, on a appris à dompter ce mal. On vous explique comment.

Au moment des règles, l'utérus se contracte pour évacuer le sang et les fragments de muqueuse qui constituent les règles. Chez certaines femmes, ces contractions provoquent des douleurs pelviennes appelées "dysménorrhées" et peuvent être accompagnées d'autres symptômes telles que maux de tête, nausées, diarrhées, bouffées de chaleur, fatigue extrême, seins douloureux: la liste est longue. Cette souffrance peut se révéler très handicapante au quotidien, allant jusqu'à nécessiter un absentéisme scolaire ou un arrêt de travail.

Quand elle atteint un pic, la souffrance peut être le symptôme d'un problème plus important: l'endométriose, dont souffrirait une femme sur dix. Dans ce cas, le sang et les fragments de muqueuse (l'endomètre) évacué au moment des règles colonise d'autres organes autour de l'utérus: le vagin, l'intestin, les ovaires ou la vessie, causant des douleurs aigues proches des contractions ressenties au moment de l'accouchement. La cause de cette maladie reste encore un mystère, il arrive qu'on en soit atteint sans rien ressentir ou que les douleurs ne se fassent pas ressentir systématiquement à chaque cycle, rendant parfois compliqué le diagnostic et le traitement pour soulager des maux que le Pr John Guillebaud, spécialiste en santé reproductive à l'University College de Londres, n'hésite pas à comparer -d'après les témoignages de ses patientes- à la douleur ressentie lors d'une crise cardiaque.

En cas de douleur, le premier réflexe est d'aller consulter un médecin ou un gynécologue. En fonction de son diagnostic, il proposera différentes solutions comme la prise de la pilule ou la pose d'un stérilet. Mais lorsqu'il y a désir de grossesse, ces solutions ne sont évidemment pas compatibles. En cas d'endométriose, il sera même parfois nécessaire de recourir à l'opération.

Pour prévenir ou soulager les douleurs, il existe différents moyens dont ceux-ci, testés avec succès:

- éviter les aliments trop gras, trop sucrés, les charcuteries, les viandes rouges, beurre et margarine dont la synthèse par notre corps produit les prostaglandines qui interviennent notamment dans le cadre de la contraction de l'utérus et dont certaines peuvent favoriser l'inflammation. Au contraire, privilégiez les aliments contenant des oméga 3 comme les poissons gras et l'huile de colza, de lin, d'olive, de noix ou de noisette. Evitez café et alcool et boire beaucoup d'eau. Un régime alimentaire qui peut sembler contraignant au départ mais qui porte sans nul doute ses fruits.

- appliquer une source de chaleur sur la zone du bas ventre à l'aide d'une bouillotte ou d'une poche de gel chaud/froid: la chaleur va non seulement relâcher et détendre les muscles mais aussi agir sur la vasodilatation des vaisseaux sanguins qui favorise elle aussi le relâchement. Pour éviter les risques de brûlure, ne mettez jamais la bouillotte en contact direct avec la peau mais recouvrez-là d'un morceau de tissu. Très efficace même si un peu contraignant car difficile à utiliser sans être couchée.

Plein écran
Le cold/hot pack: la chaleur pour détendre les muscles. © getty

- prendre des anti-inflammatoires non-stéroïdiens sur prescription du médecin (type ibuprofène, diclofénac...): leur but est d'entraver la formation des prostaglandines pro-inflammatoires dont on parlait plus haut. Efficace mais il faut compter environ 30 min avant qu'ils fassent effet.

- tester l'électrostimulation qui a pour but de supprimer la transmission du message "douleur" au cerveau. C'est notamment ce que propose "Livia", un dispositif spécialement conçu pour soulager la douleur des règles. Par le biais d'électrodes placées sur la peau au niveau de la zone du bas ventre, le boîtier envoie des impulsions électriques (dont on règle l'intensité) vers les nerfs périphériques qui, ainsi "occcupés" sont dès lors incapables de transmettre le message de la douleur vers le cerveau.

Le temps de trouver la bonne intensité, on peut ressentir quelques picotements mais rien de douloureux. C'est vraiment très efficace, même sur les douleurs particulièrement fortes causées par l'endométriose. Autres avantages: c'est une méthode naturelle, qui agit immédiatement et peut-être utilisée aussi longtemps que nécessaire. Dès que l'on éteint le boîtier, les douleurs reviennent. Très discret, Livia peut être porté à la ceinture et glissé sous les vêtements ce qui permet d'avoir des activités quotidiennes normales. Du coup, plus besoin ni de médicament ni de bouillotte.

Proposé au prix de 159 euros, c'est un petit investissement réservé aux femmes chez qui les douleurs sont vraiment handicapantes. Infos et disponibilité sur MyLivia.fr

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.