Plein écran
© thinkstock

Testé pour vous: les soins de santé en Californie ou comment j'ai consulté un médecin virtuel

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram iciFacebook iciYouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.

Après deux ans en Californie, il fallait bien que ça arrive: j’ai dû prendre deux rendez-vous médicaux, coup sur coup. J’ai donc été confrontée à la réalité des soins de santé en Californie. J’ai pu vérifier certaines choses qu’on m’avait dites et d’autres m’ont surprise. Voici mon expérience.

D’abord, un bref résumé de ma situation médicale. Je vis en Californie mais mon statut professionnel sort un peu de l’ordinaire. Je ne suis pas complètement expatriée au sens propre du terme: je suis toujours domiciliée en Belgique, j’y paie mes cotisations sociales et je continue à payer ma mutuelle pour continuer à bénéficier des soins de santé quand je rentre au pays. Je garde, pour l’instant, quelques habitudes: mes rendez-vous annuels chez le gynéco, le dentiste, etc, je les fais en Belgique. 

Parce que les soins de santé en Californie coûtent cher, je suis assurée médicalement ici pour tout ce qui est soins médicaux traditionnels et hospitalisation. En cas de problème, je n’ai pas de soucis à me faire. Je ne suis par contre pas assurée pour les soins dentaires. Ce qui veut dire que je paie le dentiste de ma poche. Et c’est évidemment chez le dentiste, ou plutôt chez l’orthodontiste que j’ai dû me rendre pour ma grande première.

J’ai porté un appareil dentaire pendant un an. Je l’ai posé il y a cinq ans et ôté un an plus tard. J’ai un fil de contention à l’arrière de mes dents, en haut et en bas. Un fil en fer, classique, qui permet aux dents réalignées de le rester. Il se fait qu’il s’est légèrement décollé à l’une de ses extrémités et que le petit bout de fer qui dépassait me faisait un mal de chien toute la journée.

En Belgique, pour recoller le fil, je me rends chez l’ortho qui m’a installé l’appareil dentaire. C’est considéré comme un rendez-vous en urgence, il me trouve une place dans la journée, ou au pire le lendemain, et c’est gratuit. Ça prend 10 minutes. Je ne savais pas à quoi m’attendre ici, j’ai donc passé quelques coups de fil afin d’avoir une idée des prix pratiqués en Californie pour ces soins de santé spécifiques. Pour trouver un orthodontiste dans mon coin, j’ai consulté le bottin des années 2000: Google.

Comme c’est désormais le cas pour les médecins en Belgique, les praticiens américains sont cotés par leurs patients, comme les restaurants par leurs clients sur TripAdvisor ou sur Yelp. J’ai appelé un premier cabinet d’ortho. J’ai expliqué mon problème par téléphone et lui ai demandé un devis pour la réparation. Prix annoncé: 1000 dollars. Pour un point de colle. J’ai failli m’étouffer. On ne m’avait donc pas menti sur les prix pratiqués pour les soins de santé en Californie.

J’ai appelé un autre cabinet. Mêmes explications mais prix tout à fait différent: “Si c’est juste un point de colle, on vous le fera gratuitement. Si ça demande un peu de travail, ça fera 100 dollars. S’il faut changer tout le fil, comptez 250 dollars.” Je n’ai pas cherché plus loin, c’est là que je suis allée. Sur place, il y avait une salle d’attente traditionnelle avec café offert et grande télévision criarde et une autre, pour les enfants: la salle à iPad. Des tabourets étaient installés devant les écrans et étaient accessibles aux gamins. L’iPad est, aux USA, la baby-sitter préférée des parents.

Dans la suite de l’article à lire sur le blog en cliquant ici, je vous raconte le manque d’intimité étonnant chez l’ortho mais surtout ma consultation médicale hallucinante en vidéo conférence avec un médecin basé... au Texas.