Plein écran
© Thinkstock

Tout ce qu'on ne sait plus faire quand on est vieux

Ne plus pouvoir porter un sac de 5 kilos, marcher 500 mètres, lever le bras ou faire le ménage: près d'une personne de plus de 75 ans sur deux est gênée pour effectuer des gestes du quotidien chez elle, selon des chiffres publiés par la Drees vendredi.

Au total, en France, près de six millions de seniors vivent chez eux avec une limitation fonctionnelle physique, sensorielle ou cognitive, soit 40% d'entre eux, indique une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) des ministères sociaux, réalisée en 2015 sur plus de 10.600 personnes âgées de 60 ans ou plus et vivant à domicile.

Sans surprise, les plus de 75 ans sont les plus nombreux à déclarer des difficultés au quotidien: 50,5% disent ressentir des limitations physiques (difficultés pour lever le bras, marcher 500 mètres ou descendre des escaliers), 32% des limitations sensorielles (perte de la vue ou de l'ouïe) et 17% des limitations cognitives (perte de mémoire, difficultés de relationnel).

De plus, un senior sur trois dit ressentir des "restrictions" dans ses activités quotidiennes, soit 4,5 millions de personnes. "Faire les courses", "s'occuper des démarches administratives", "préparer les repas", "s'occuper des tâches ménagères" sont ainsi des activités devenues difficile pour 26% des plus de 60 ans interrogés et 50% des plus 75 ans. Les difficultés pour "s'habiller" ou "se laver" touchent par ailleurs 15% des plus de 60 ans.

Selon cette étude, les femmes, qui ont une espérance de vie supérieure à celle des hommes, sont davantage touchées par la dépendance. C'est notamment le cas concernant les limitations physiques, que subissent 60% des femmes contre 36% des hommes de plus de 75 ans. Dans une autre étude basée sur la même cohorte de personnes, la Drees précise que 17% des 60 ans ou plus vivant à domicile déclarent avoir beaucoup de difficultés à mordre et mâcher un aliment ferme ou ne pas y parvenir, même quand elles portent un dentier.

Parmi les sondés, 6% ont des difficultés ou une incapacité pour voir de près et 4% pour voir de loin, malgré leurs lunettes ou leurs lentilles le cas échéant. Et 4% ont des difficultés pour entendre dans une pièce silencieuse, même lorsqu'ils sont équipés d'un appareil auditif.

  1. Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Son instinct maternel savait que quelque chose n’allait pas. Aoife Flanagan, une fillette de 3 ans vivant à Rayleigh au Royaume-Uni, se plaignait d’avoir mal au ventre. Elle a ensuite confié à sa mère qu’elle souffrait de douleurs dans d’autres parties de son corps. Eilish, inquiète, a emmené Aoife chez les médecins à plusieurs reprises: onze fois en trois semaines. Elle explique à Fox News: “Elle a été hospitalisée à plusieurs reprises pour des infections mais on nous disait qu’elle souffrait de constipation, chose fréquente chez les enfants.”
  1. “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereuses que les maladies”

    “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereu­ses que les maladies”

    Les rumeurs et fausses informations propagées principalement sur internet au sujet des vaccins constituent un danger encore plus grand que les maladies elles-mêmes, a déclaré jeudi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au sommet Global Vaccination organisé à Bruxelles. La reine Mathilde, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que la ministre de la Santé Maggie De Block ont assisté à l'événement.
  2. Végétalisme déconseillé aux enfants et femmes enceintes: des scientifiques dénoncent un “avis infondé”

    Végétalis­me déconseil­lé aux enfants et femmes enceintes: des scientifi­ques dénoncent un “avis infondé”

    Une centaine de médecins belges et étrangers se sont à nouveau indignés jeudi de l'avis rendu en juin par l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), déconseillant aux femmes enceintes et enfants d'observer un régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal. Dans une réponse adressée à l'ARMB, ces scientifiques dénoncent un "avis infondé" qui "relève de la désinformation", alors que l'instance soutient remplir sa mission d'information.