Plein écran
© thinkstock

Un usage excessif de médicaments pour les épileptiques

Les patients épileptiques consomment 12 médicaments différents par an en moyenne pour traiter entre autres les nombreuses maladies chroniques dont ils souffrent, relèvent les Mutualités libres dans une étude publiée jeudi.

Un Belge sur cent est épileptique et le nombre de patients a augmenté de 21% entre 2010 et 2014.

La majorité des patients sont atteints d'au moins deux autres maladies chroniques: 4 épileptiques sur 10 souffrent d'hypertension, 3 sur 10 de dépression et 1 sur 10 de psychose.

Un épileptique consomme deux fois plus de médicaments en moyenne que la population générale; outre des antiépileptiques, il prend également des antibiotiques (56%), des antidouleurs (48%), des antihypertenseurs (47%) et des antidépresseurs (44%), indiquent les experts des Mutualités libres qui s'appuient sur les données de santé des patients de l'organisme assureur. Les Mutualités libres (Onafhankelijk Ziekenfonds, Omnimut, Partena, Freie Krankenkasse et Partenamut) qui comptent environ 20% de la population belge parmi leurs affiliés, enregistraient 21.865 épileptiques en 2014.

L'organisme juge cette importante polymédication des patients épileptiques préoccupante. "Les collaborations entre médecins généralistes et spécialistes doivent être encouragées afin de réexaminer périodiquement les traitements et prévenir les effets indésirables d'une polymédication", souligne-t-il.

L'étude permet encore de constater que les épileptiques sont plus fréquemment concernés par des périodes d'inactivité professionnelle. Celles-ci sont également plus longues que celles de la population totale. Les patients épileptiques sont aussi plus fréquemment hospitalisés: 1 patient sur 3 séjourne à l'hôpital pendant 40 jours en moyenne.

Les dépenses en soins de santé remboursées d'un patient épileptique avoisinent les 10.000 euros par an en moyenne.

  1. De nombreux Belges ont recours à l'automédication pour raisons financières

    De nombreux Belges ont recours à l'automédi­ca­ti­on pour raisons financiè­res

    Plus de deux tiers des Belges francophones ont eu recours en 2019 à l'automédication, pour un rhume ou un état grippal par exemple, un résultat en augmentation de six points par rapport à 2014, ressort-il d'une étude de Solidaris, qui lit derrière ce résultat un renoncement aux soins pour raisons financières. Trois quarts (75,8%) des familles mono-parentales ont en effet recours à l'auto-médication.