Plein écran
© Getty Images

3 idées reçues sur la vaccination contre le cancer du col de l’utérus

En Belgique, le cancer du col de l’utérus compte plus de 600 nouveaux cas par an.

On parle du cancer du col de l’utérus lorsque des lésions cancéreuses se développent au niveau de la muqueuse utérine. On considère ce cancer comme une affection tumorale d’origine infectieuse à évolution lente. Dans la majorité des cas, le cancer du col de l’utérus survient après une exposition prolongée au papillomavirus humain (HPV). Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le cancer du col est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes du monde entier avec, d’après les estimations, 570.000 nouveaux cas en 2018; il représente 7,5% des décès féminins par cancer. En Belgique, on dénombre plus de 600 nouveaux cas par an.

Human PapillomaVirus

Les HPV sont des virus qui affectent la peau et les muqueuses. Il en existe environ 200 types et peuvent toucher différentes muqueuses et endroits de la peau (organes génitaux internes, externes, bouches, gorge, mains, pieds,…). Une quinzaine de types de HPV sont dits “à haut risque” car ils sont impliqués dans l’apparition de verrues génitales, de lésions précancéreuses et de cancers (cancer du col de l’utérus, de l’anus, du pénis,…).

Les idées reçues

- Le vaccin n’est pas nécessaire si on utilise un préservatif: FAUX
Le port du préservatif réduit considérablement les risques d’infections à HPV, mais, malheureusement, il ne protège pas à 100% contre ces virus car le préservatif ne couvre pas entièrement les zones de contact sexuel.

- La vaccination ne concerne que les filles: FAUX
Les garçons ne risquent pas de développer un cancer du col de l’utérus, mais risquent bien d’être infectés par un virus HPV. En fonction du type de virus, les garçons peuvent soit développer des lésions cancéreuses, soit être porteurs et transmettre la maladie à son/ses partenaires sexuels. Bon à savoir, le vaccin était déjà remboursé pour les filles (entre 12 et 18 ans). Il l’est maintenant aussi pour les garçons de 13 à 14 ans.

- On ne vaccine que les jeunes actifs sexuellement: FAUX
Au contraire! Pour garantir une plus grande efficacité, la vaccination doit avoir lieu avant une potentielle infection par HPV, soit avant les premiers rapports sexuels. Les médecins recommandent généralement la vaccination contre les HPV avant 16 ans.