Plein écran
Adam Hergenreder © Facebook

À 18 ans, il a les poumons d’un homme de 70 ans après un an et demi de cigarette électronique

Un adolescent de l’Illinois âgé de 18 ans a les “poumons d’un homme de 70 ans” après avoir vapoté pendant un peu plus d’un an.

Adam Hergenreder a été hospitalisé le mois dernier. La cause de ses problèmes de santé: l’usage de cigarettes électroniques pendant 18 mois et notamment avec des liquides au THC. “C’est effrayant de penser que ce petit appareil a fait ça à mes poumons”, a confié Adam à la chaîne de télévision locale WGN-TV. 

Selon ses médecins, les cigarettes électroniques l’ont “presque tué”. Il fait partie des centaines d’accros au vapotage qui ont souffert de mystérieuses maladies pulmonaires ces derniers mois. L’administration Trump s’apprête à interdire les cigarettes électroniques aromatisées. Six personnes sont mortes, récemment, de maladies liées au vapotage et plus de 450 cas de maladies pulmonaires ont été signalés aux États-Unis.

Cependant, la plupart avaient acheté des liquides au THC, la substance psychoactive du cannabis, mais on ignore encore quel ingrédient, parmi les nombreux additifs, pourrait avoir endommagé les poumons. Une huile de vitamine E a été citée comme cause possible par l'État de New York suite à plusieurs cas, mais les autorités sanitaires fédérales n’ont pas confirmé que cette molécule était la coupable. L’OMS recommande pour sa part la prudence, même si de nombreux fumeurs de tabac voient en la cigarette électronique une manière de décrocher. 

Adam Hergenreder, quant à lui, était lutteur à l’université. Il ne pourra probablement plus jamais exercer ce sport “très physique”. “Mes poumons ne tiendront pas l’effort.”

Adam a consulté un médecin après avoir vomi “sans arrêt pendant trois jours”. Une radio a dévoilé l’étendue des dégâts. S’il avait été admis à l’hôpital deux ou trois jours plus tard, il aurait pu mourir à cause de problèmes respiratoires. ll regrette amèrement avoir commencé à vapoter: “Je n’étais pas au courant des risques, sinon je n’aurais jamais commencé”.