Cette chapelière liégeoise a mis au point un masque spécial pour les malentendants

Grâce à l’aide du RElab de Liège, Isabelle Mathieu, une chapelière basée à Alleur, a fabriqué des masques à visière intégrée destinés aux personnes sourdes, malentendantes et/ou muettes. Une belle initiative qui a connu un engouement inattendu, puisque les logopèdes et les crèches se montrent aussi intéressés par ses créations.

C'est son amie Delphine, dont le compagnon est malentendant, qui a donné l'idée du masque à Isabelle Mathieu.
Plein écran
C'est son amie Delphine, dont le compagnon est malentendant, qui a donné l'idée du masque à Isabelle Mathieu. © D.R.

Début du mois d’avril, vous avez certainement vu passer, sur vos réseaux sociaux, la photo d’Ashley Lawrence, une jeune étudiante américaine portant un masque en tissu avec une “vitre” laissant apparaître un large sourire. La photo avait fait le tour de la toile. Et pour cause, cette création maison avait été mise au point pour communiquer avec les personnes sourdes, malentendantes et/ou muette.

Une idée qui a fait son chemin et traversé l’océan Atlantique avant d’arriver à Alleur où Isabelle Mathieu, chapelière et créatrice de “Perle de Chapeau”, a commencé à en fabriquer.

“Dès le début du confinement, ou du moins quelques semaines après s’être renseignée, ma maman a commencé à confectionner des masques en tissu ou en polyester pour les particuliers et pour les entreprises. Notamment pour les employés de magasins d’alimentation”, explique Quentin, le fils d’Isabelle.

Demande particulière d'une amie

À mesure que le confinement avançait et au fil des conversations avec son amie Delphine, créatrice du site “Coud’folie”, Isabelle s’est rendue compte que le masque tel que nous le connaissons n’est pas adapté à tout le monde. En effet, le compagnon de Delphine est malentendant et lit sur les lèvres. Elle lui a expliqué qu’avec un masque qui cache la bouche, l’exercice de compréhension est difficile. “Elle a demandé à ma maman s’il était possible de créer des masques avec une visière intégrée pour cette communauté à laquelle on ne pense pas forcément. C’est très important pour eux, qui ne se sentent pas très soutenus en cette période de crise”, indique Quentin.

La visière en plexiglas est amovible afin de pouvoir laver le masque en machine.
Plein écran
La visière en plexiglas est amovible afin de pouvoir laver le masque en machine. © D.R.

Après avoir testé cinq prototypes, et validation de Delphine et son compagnon, elle a arrêté son choix sur un masque ressemblant à celui de la jeune Ashley. À cela près que l’ouverture en plexiglas du masque de la chapelière liégeoise est amovible afin de le laver indépendamment du tissu qui, lui, peut aller à la machine.

Cette création bienveillante a été rendue possible grâce à l’aide du RElab de Liège qui a contribué à la fabrication de 50 masques en fabriquant les fameuses visières intégrées.

Pas que pour les malentendants

Dès l’annonce du projet, l’engouement a été très important au sein de la communauté des malentendants, et bien au-delà. “On ne s’y attendait pas, mais on a eu des demandes de logopèdes et de crèches, notamment. Des professions où le travaille passe aussi par le visuel et où la bouche est essentielle. Donc si ça peut les aider, aider plus de personne que prévu, tant mieux”, s’enthousiasme Quentin.

Le masque fabriqué par Isabelle est vendu au prix de 7 € l’unité. Un questionnaire pour les commandes a été mis en ligne ce mardi. Les premiers envois par la poste devraient avoir lieu en fin de semaine. Il est également possible de se rendre jusqu’à l’atelier de Perle de Chapeau afin de récupérer ces masques à visière intégrée.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.

  1. Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le Groupe santé CHC a investi 2,5 millions d'euros à la clinique CHC Heusy (Verviers) afin de doter l'établissement hospitalier de services modernes au niveau de l'imagerie médicale et de la médecine nucléaire, a-t-on appris mardi lors d'une conférence de presse. Une enveloppe de 42 millions d'euros au total a été dégagée dans le cadre d'un plan d'investissement ambitieux courant jusqu'en 2022 et prévoyant entre autres une capacité d'accueil doublée sur un site passé de 10.000 à 21.000 m2.