Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

Contraception masculine: des freins techniques mais aussi culturels

La question d’un partage égalitaire de la contraception se pose de plus en plus au sein des couples, alors que la charge contraceptive est encore très largement assumée par les femmes en Belgique - et dans une grande partie du monde. Les méthodes de contraception dites féminines sont multiples (pilule, stérilet, patch, préservatif féminin, etc.) et disponibles depuis plus de 50 ans en Belgique. À l’inverse, les méthodes dites masculines sont réduites à peau de chagrin et peu connues. Trois facteurs - techniques, culturels et liés aux conseils des professionnels de la santé - freinent en effet leur développement, résume Laurence Stevelinck, autrice d’un mémoire sur la contraception partagée et titulaire d’un master en études de genre.

  1. Vous ne voulez rien manquer des Diables rouges à la Coupe du monde ? Ces abonnements de données vous permettront de tout regarder en streaming sans problèmes
    Montelco

    Vous ne voulez rien manquer des Diables rouges à la Coupe du monde ? Ces abonne­ments de données vous permet­tront de tout regarder en streaming sans problèmes

    La Coupe du monde au Qatar approche. Les fans de foot ne veulent évidemment rien manquer de cette grand-messe. Comme la Coupe du monde ne se déroule pas en été cette année et que de nombreux matchs commencent à l’heure de pointe du soir, vous ne pourrez pas toujours les regarder chez vous à la télé. Une solution : regarder les matchs en streaming sur votre trajet du retour du boulot ou pendant une pause. Le tout est évidemment de ne pas tomber à court de données mobiles. MonTelco.be vous donne quelques conseils.
  2. Des nombreux élèves de l’athénée de Morlanwelz font un malaise après une opération de vaccination

    Des nombreux élèves de l’athénée de Morlanwelz font un malaise après une opération de vaccinati­on

    Une opération de vaccination contre le papillomavirus a été menée jeudi à l’Athénée provincial de Morlanwelz par les services de Promotion de la Santé à l’Ecole (PSE), dépendant de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette opération, qui a concerné 151 élèves de deuxième secondaire, a été mise sur pied sur base volontaire et nécessitait l’accord des parents.