Des tablettes de Nivaquine qui  contiennent de la chloroquine et des tablettes de Plaquénil qui contiennent de l'hydroxychloroquine.
Plein écran
Des tablettes de Nivaquine qui contiennent de la chloroquine et des tablettes de Plaquénil qui contiennent de l'hydroxychloroquine. © AFP

Coronavirus: le CHU de Charleroi utilise la chloroquine “pour certains patients”

InterviewRécemment, le professeur français Didier Raoult a fait l’éloge de l’utilisation de la chloroquine pour lutter contre le coronavirus. L’infectiologue est à la tête de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille depuis 2011. Ses conclusions ne sont pas partagées par tout le corps médical.

Le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Charleroi utilise la chloroquine comme traitement “pour certains patients atteints par le coronavirus”. C’est ce que nous a révélé le porte-parole de l’Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi (ISPPC), Frédéric Dubois.

“Cela dépend du dossier médical de chacun” précise-t-il.  “Cette méthode est employée depuis le début de la crise engendrée par le Covid-19.”

Idée chinoise 

C’est de Chine qu’est venue l’idée d’employer la chloroquine pour contrer le coronavirus: “Nous savons qu’en Chine, des spécialistes en ont fait usage. Ils estiment que la chloroquine peut aider à la guérison. Forcément, il existe des échanges entre les scientifiques du monde entier. Notre corps médical est très intéressé par ce genre d’échanges. Il a appris par la littérature scientifique la démarche de ses collègues chinois.”

Et les médecins carolos ont décidé de l’appliquer dans quelques cas. “Toutes les personnes qui ont bénéficié ou bénéficient de ce traitement se trouvaient ou se trouvent aux soins intensifs” ajoute Frédéric Dubois. Mais aucune conclusion ne peut être tirée jusqu’à présent: “C’est beaucoup trop tôt pour prétendre qu’un patient s’en est sorti grâce à ce médicament. Nous n’avons pas assez de recul par rapport à ça. Rien ne nous assure non plus que la chloroquine garantit l’immunisation contre une rechute éventuelle.” Actuellement, sept individus séjournent aux soins intensifs du CHU de Charleroi.

Antipaludique protégé

La chloroquine est un antipaludique bon marché et utilisé depuis plusieurs décennies contre le paludisme, un parasite véhiculé par le moustique. Il existe un dérivé, l’hydroxychloroquine, mieux toléré, connu en France sous le nom de Plaquénil, pour les maladies articulaires d’origine inflammatoire, telles que la polyarthrite rhumatoïde.

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS)a demandé récemment aux distributeurs du produit de le réserver aux hôpitaux qui traitent des patients atteints par le Covid-19 et aux pharmacies, où les personnes munies d’une prescription médicale pourront s’en procurer. Histoire d’éviter une pénurie pour les personnes qui en ont grandement besoin!

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.