Stef Smits regrette le manque de matériel et d'informations de la part du ministère
Plein écran
Stef Smits regrette le manque de matériel et d'informations de la part du ministère © VTM Nieuws

Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

Les généralistes belges ne voient pas tous d'un très bon œil l’approche de la Santé belge face au coronavirus. Vu la pénurie de masques, ils ne peuvent pas suffisamment se prémunir des éventuelles contaminations, expliquent certains médecins flamands à VTM Nieuws. D’autre part, ils se disent laissés à leur propre sort par la ministre de la Santé Maggie De Block, qui promet vaguement des solutions. Même constat côté francophone, où des médecins se sont plaints auprès du Soir du manque d'information et de matériel.

Médecin à Beringen, Stef Smits s’inquiète: tous ses fournisseurs lui répètent que les livraisons de masques de protection attendront plusieurs semaines. Les autorités sanitaires recommandent par ailleurs aux généralistes de se rendre à domicile chez les patients qui présentent des symptômes suspects plutôt que de les faire rejoindre les salles d’attente bondées en hiver, mais le médecin n’apprécie pas les conditions de la mesure. 

"Indisponibles": les médecins eux-mêmes ne peuvent plus trouver de masques pour pratiquer leur métier, alors qu'ils sont en première ligne face au virus
Plein écran
"Indisponibles": les médecins eux-mêmes ne peuvent plus trouver de masques pour pratiquer leur métier, alors qu'ils sont en première ligne face au virus © VTM Nieuws

Première ligne

De plus, il estime que notre pays n’est pas prêt face à la propagation du coronavirus. “J’ai entendu la ministre De Block dire que nous sommes très bien préparés à l’arrivée du virus en Belgique, mais mes collègues et moi ne sommes pas d’accord avec cela”, avance-t-il. “Nous faisons face à une pénurie de masques de protection, alors que nous sommes en première ligne face aux appels de patients malades. Nous devrions quand même être les premiers à être bien protégés”, s’exclame-t-il. Lui et ses pairs s’estiment abandonnés par le ministère.

Domus Medica, une association de généralistes, confirme l’étendue de ces préoccupations dans le secteur. “Nous recevons chaque jour des appels de médecins inquiets. Le gouvernement doit fournir des stocks réservés au personnel médical”, estime-t-on. 

Matériel: non, procédure: floue

Du côté de la Ministre, la réponse est toute prête: on a une solution, mais on ne sait simplement pas dire pour quand. “Nous avons commandé un stock pour un achat groupé avec d’autres États membres via la Commission européenne. Nous n’avons simplement pas encore reçu de date de livraison exacte”, déclare Jan Eyckmans du SPF Santé publique. 

Le Soir a lui recueilli des témoignages de généralistes qui regrettent d’être bien trop peu informés face à l’avancée du virus et aux mesures prévues par le pays. Le matériel manque et le protocole n’est pas clair, se plaignent les médecins qui devront pourtant, le cas échéant, être les premiers à suivre la procédure nécessaire pour éviter une épidémie en Belgique.

  1. Coronavirus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos

    Coronavi­rus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos

    Les maisons de repos du pays sont dans une situation de grande urgence face à la propagation du coronavirus. À un tel point que la Wallonie a décidé de demander un soutien de l’armée et de la protection civile pour notamment y réaliser des tests de dépistage! Et pour cause, 378 personnes y ont péri depuis un peu avant le 25 mars dernier. En tout, 116 maisons de repos wallonnes sur les 600 comptabilisent au moins 10 cas d’infection au coronavirus. Une médecin carolo n’a pas attendu ces initiatives pour mettre la main à la pâte.