“Des règles qui font mal, ce n'est pas normal!”: la nouvelle campagne de sensibilisation de la Province de Liège.

"Des règles qui font mal, ce n'est pas normal! ": tel est le message de la campagne de sensibilisation à l'endométriose lancée lundi par la Province de Liège. Parfois méconnue ou mal diagnostiquée, cette maladie touche une femme âgée de 15 à 50 ans sur 10.

  1. Les hôpitaux débordés: “Un patient est décédé ce matin car nous n’avions plus de machine disponible”

    Les hôpitaux débordés: “Un patient est décédé ce matin car nous n’avions plus de machine disponible”

    Les hôpitaux sont encore plus sous pression que lors de la première vague et sont déjà au bord de la saturation, confirme une enquête menée par les rédacteurs de Het Laatste Nieuws dans cinquante hôpitaux flamands. “L’afflux est deux fois plus important et il va deux fois plus vite”, s’alarme Karin Decaestecker, de l’AZ Delta Roeselare-Menen-Torhout. Les admissions devraient doubler d’ici la mi-novembre. Le seuil des 2.000 patients en soins intensifs pourrait donc bientôt être dépassé. Et pour ne rien arranger, le personnel soignant souffre, 15% d’entre eux ont déjà dû jeter l’éponge.
  1. Quand se faire tester? Quand se placer en quarantaine? Ce schéma du SPF Santé publique répond à toutes vos questions

    Quand se faire tester? Quand se placer en quarantai­ne? Ce schéma du SPF Santé publique répond à toutes vos questions

    La nouvelle stratégie de testing peut créer de la confusion pour beaucoup de Belges. A partir de quel moment un test est-il possible et quand doit-on se mettre en quarantaine? Quelle est la différence entre la quarantaine et l’isolement? Le SPF Santé publique veut lever l’ambiguïté en répondant à toutes ces questions grâce à un schéma récapitulatif.
  2. Pas de symptômes? Pas de test. “Toute une stratégie de test et de traçage jetée par la fenêtre en une soirée”

    Pas de symptômes? Pas de test. “Toute une stratégie de test et de traçage jetée par la fenêtre en une soirée”

    Toute personne ayant eu un contact à haut risque - plus d’un quart d’heure à moins d’un mètre et demi - avec une personne infectée par le coronavirus n’a plus besoin d’être testée si elle ne présente pas de symptômes. Pourquoi? Parce que les laboratoires ne suivent plus. Mais qu’en est-il dès lors de la recherche des contacts? Est-ce que cela ne va-t-il pas aplatir artificiellement la courbe? HLN a interrogé l’infectiologue Steven Callens et le biostatisticien Geert Molenberghs.