Plein écran
L'encens serait aussi toxique que fumer à l'intérieur © Getty Images

Faire brûler de l'encens est aussi nocif que fumer à l'intérieur, selon Test Achats

Si l'encens est régulièrement associé au bien-être et à la relaxation, il n'en reste pas moins nocif pour la santé, rappelle mardi Test Achats. Après avoir fait analyser une série d'encens vendus sur internet ou en magasin, l'organisation de consommateurs demande à la ministre de la Santé Maggie De Block d'en faire retirer huit du marché. Elle préconise également d'en interdire la vente aux moins de 18 ans, comme c'est le cas pour le tabac. 

Parce que "fondamentalement, il n'y a guère de différence entre allumer ces produits et fumer dans la maison", relève Test Achats. Une fois allumés, certains bâtonnets ou cônes libèrent dans l'air un tas de substances "indésirables, parfois très nocives", rapporte-t-elle. Et de citer le benzène et le formaldéhyde, des substances cancérogènes, tout comme le naphtalène. 

"Les particules fines émises sont nocives pour la respiration, tandis que l'acroléine possède un fort pouvoir irritant. Enfin, les encens dégagent aussi du monoxyde de carbone. Toutes ces émissions peuvent entraîner des maux de tête, des vertiges, des nausées et une irritation des yeux et des poumons."

Test Achats avait déjà alerté les autorités à ce sujet en 2004 puis en 2013. Les normes européennes pour la méthodologie des tests de produits de combustion et l'interprétation des résultats avaient été adaptées. "Malheureusement, six ans plus tard, force est de constater que la pollution intérieure reste un grave problème de santé publique", déplore l'organisation. Elle demande dès lors à la ministre De Block le retrait immédiat du marché de huit encens particulièrement problématiques ainsi que l'interdiction de la vente d'encens aux personnes de moins de 18 ans. Elle exige enfin un meilleur étiquetage et des actions d'information vers la population. 

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.