Illustration.
Plein écran
Illustration. © BELGA

Faire ses achats pendant le coronavirus: quels sont les risques encourus au moment de faire les courses?

Le supermarché est l’un des rares endroits où l’on peut encore se rendre en période de confinement. Mais comment s’y protéger contre le coronavirus? Et dans quelle mesure les alternatives au supermarché tels que les repas à emporter et les livraisons à domicile sont-elles sûres?

Quel est l’ampleur du risque dans les magasins ?

Le coronavirus se propage lorsqu’une personne infectée projette de petites gouttelettes dans l’air. Si vous respirez ces gouttelettes, ou si vous touchez une surface sur laquelle elles ont atterri et qu’elles se retrouvent sur votre visage, il y a un risque de contamination. 

Faire ses courses dans un supermarché très fréquenté est donc un risque, c’est pourquoi les supermarchés n’autorisent qu’un nombre limité de personnes à pénétrer en même temps. Certaines chaînes obligent également leurs clients à prendre un caddie afin de garantir une distance sociale d’un mètre et demi.

Etant donné que les gens dans les supermarchés touchent, ramassent et déplacent souvent les produits, il est préférable de prendre quelques mesures supplémentaires pour éviter la contamination:

- Lavez-vous soigneusement les mains à l’eau et au savon avant et après les courses.

- Traitez chaque surface comme si elle était potentiellement contaminée : touchez le moins possible de choses et évitez de vous toucher le visage avec les mains pendant que vous faites vos courses.

- Utilisez le paiement par carte et de préférence sans contact.

Désinfection des caddies au Delhaize de Genval.
Plein écran
Désinfection des caddies au Delhaize de Genval. © Photo News

Qu’en est-il de vos marchandises ?

Rien ne prouve que le coronavirus est transmis par les aliments, et la cuisson de ceux-ci tuent de toute façon le virus. Mais les emballages peuvent avoir été touchés par d’autres. Bien que les entreprises alimentaires affirment que l’emballage ne présente pas de risque connu, vous pouvez appliquer certaines précautions :

- Lavez soigneusement les produits frais non emballés sous l’eau courante, puis laissez-les sécher.

- Laissez les marchandises emballées pendant 72 heures avant de les utiliser, ou nettoyez l’emballage avec de l’eau et du savon ou de l’eau de javel diluée.

Plein écran
© Photo News

Les livraisons à domicile sont-elles sûres ?

Comme vous êtes en contact avec moins de personnes, une livraison à domicile comporte généralement moins de risques qu’une visite au supermarché. Une éventuelle contamination ne peut provenir que de l’emballage, ou du livreur.

La plupart des services de livraison à domicile en tiennent compte et ont introduit les livraisons sans contact. Cela signifie que le livreur dépose votre commande par terre, sonne à la porte et fait ensuite quelques pas en arrière. Vous n’avez plus besoin de signer pour obtenir un reçu.

Et si vous emportez un repas ?

Comme ils ne peuvent plus recevoir de clients, de nombreux restaurants ont commencé à proposer des plats à emporter pendant le confinement. Les cuisines des restaurants ont généralement une hygiène stricte, de sorte que le risque d’infection y est plutôt limité. Toutefois, le risque réside principalement dans la présence d’autres clients au moment de retirer votre repas. Garder ses distances, voilà le message que l’on veut faire passer ici encore.

Quant au risque de contamination lié par l’emballage il peut être évité en débarrassant le contenu de votre barquette - avec une fourchette ou une cuillère propre, et non avec les mains - dans une assiette propre, puis en jetant l’emballage et en se lavant soigneusement les mains.

  1. Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le Groupe santé CHC a investi 2,5 millions d'euros à la clinique CHC Heusy (Verviers) afin de doter l'établissement hospitalier de services modernes au niveau de l'imagerie médicale et de la médecine nucléaire, a-t-on appris mardi lors d'une conférence de presse. Une enveloppe de 42 millions d'euros au total a été dégagée dans le cadre d'un plan d'investissement ambitieux courant jusqu'en 2022 et prévoyant entre autres une capacité d'accueil doublée sur un site passé de 10.000 à 21.000 m2.