Plein écran
La consommation de cocaïne a fortement augmenté ces dernières années en Belgique. En cause notamment, une certaine normalisation de sa consommation dans la société. © Getty Images

“Il est désormais normal de voir quelques lignes de coke sur la table, pour le dessert”

La cocaïne est de plus en plus populaire en Belgique. En Flandre, sa consommation a carrément doublé en dix ans. “Consommer de la cocaïne s’est en quelque sorte normalisé. Les jeunes en prennent pour étudier et faire la fête jusqu’au matin et les avocats pour pouvoir travailler plus longtemps”, explique à Het Laatste Nieuws David Ketteridge, ancien toxicomane et fondateur d’un centre de désintoxication. 

Des prix relativement bas, une certaine acceptation sociale et un système de livraison à domicile:  tels sont les facteurs qui ont favorisé l’augmentation de la consommation de cocaïne en Belgique. Rien qu’en Flandre, elle a plus que doublé au cours des dix dernières années. Selon le dernier rapport de Sciensano que le journal De Tijd a pu consulter, 1,7 % des Flamands âgés de 15 à 64 ans ont consommé de la cocaïne au cours de l’année écoulée. Il y a dix ans, ce pourcentage n’était que de 0,8 %. Pire: 8,3% des jeunes Flamands (entre 25 et 34 ans) avouent avoir récemment consommé de la coke.

“La cocaïne n’est plus la drogue de la haute société”, constate David Ketteridge. Cet homme de 42 ans sait de quoi il parle. Ancien toxicomane, il a fondé l’année dernière Reset, un centre de désintoxication à Deurne, près d’Anvers, la plaque tournante de la cocaïne en Europe.

Le Deliveroo de la coke

David Ketteridge est clean depuis 13 ans. Les temps ont bien changé depuis sa période de toxicomanie. “Avant, il fallait se déplacer pour aller chercher sa came”, se souvient David. “Aujourd’hui, il suffit de passer commande  par SMS ou via WhatsApp et un coursier vous la livre à domicile, de jour comme de nuit. Une sorte de Deliveroo de la coke”, dit-il.

En Belgique, un gramme de cocaïne se vend aux alentours de 50 euros, ce qui est relativement bon marché par rapport aux autres pays européens. Hormis quelques pays d’Amérique centrale et latine, où elle est produite, il est difficile de trouver de la “C” moins chère qu’en Belgique, où des tonnes sont saisies chaque année. 

Ainsi, la cocaïne est devenue abordable pour toutes les couches de la société. Les jeunes en consomment pour étudier et/ou faire la fête, et de plus en plus d’adultes actifs dans des secteurs très variés en prennent pour être davantage productifs ou tout simplement tenir le coup.

Citation

“Nombreux sont ceux qui pensent qu'une ligne de temps en temps ne peut pas faire de mal. Mais ça peut vite devenir dangereux”

David Ketteridge, Ancien toxicomane

Pour David Ketteridge, c'est surtout la normalisation de la coke qui pose problème. “Avant, je devais me cacher aux toilettes pour prendre un rail. Aujourd’hui, il est désormais normal de voir quelques lignes de coke sur la table, pour le dessert.”

L’ancien toxicomane met en garde contre l'addiction à la cocaïne, qui peut se développer très rapidement. “Nombreux sont ceux qui pensent qu'une ligne de temps en temps ne peut pas faire de mal. Mais ça peut vite devenir dangereux”, prévient David Ketteridge. “Après onze ans de toxicomanie, j'étais devenu l’ombre de moi-même. Je ne pesais plus que 60 kilos. Selon mes calculs, j’ai bien dû dépenser 200.000 euros là-dedans... Le prix d’un appartement”, regrette-t-il.

Revoir la guerre contre la drogue

Après une tentative de suicide, David s'est fait aider et il est parvenu à sortir de cet enfer. “Mais je me rends compte que je serai à une trace de rechuter jusqu’à la fin de ma vie. Tout le monde parle de la guerre contre la drogue (telle que menée par le bourgmestre anversois Bart De Wever, NDLR), mais il faut plutôt mener le combat contre les consommateurs”, explique David Ketteridge. Car selon lui, la possession et la consommation de cocaïne n'est pas suffisamment puni en Belgique.

De manière générale, il plaide pour davantage de prévention auprès des jeunes et d’encadrement pour les toxicomanes.