Jusqu’à 400 demandeurs d'asile vont être accueillis dans l'ancienne clinique de l'Espérance

La Croix-Rouge a annoncé l'ouverture d'un centre d'accueil pour demandeurs d'asile au sein de l'ancienne clinique de l'Espérance à Montegnée (province de Liège). Les autorités locales déplorent un manque d'informations préalables.

La clinique est fermée depuis le transfert des services au MontLégia.
Plein écran
La clinique est fermée depuis le transfert des services au MontLégia. © Google Maps

Mardi en fin de journée, la Croix-Rouge a signalé à la bourgmestre de Saint-Nicolas qu'il est prévu d'ouvrir un centre d'accueil pour 200 à 400 demandeurs d'asile au sein de l'ancienne clinique de l'Espérance à Montegnée, désormais inoccupée. En effet, il y a quelques jours, le groupe santé CHC a organisé le transfert des patients vers le nouvel hôpital MontLégia. 

Du côté des autorités communales, la nouvelle est accueillie avec beaucoup d'étonnement sachant que le promoteur immobilier ayant acquis le site avait exprimé le souhait d'y développer un ensemble composé d'appartements, de commerces, d'une place publique... Elles déplorent un manque d'informations préalables et estiment que le moment est mal choisi, en raison des mesures de confinement liées à l'épidémie de coronavirus.

"La commune prend acte de cet état de fait et ne peut que déplorer la communication très tardive, nous mettant ainsi devant le fait accompli. Ce qui est d'autant plus déplorable au vu de la crise sanitaire que nous vivons actuellement", a déclaré jeudi Valérie Maes, bourgmestre de Saint-Nicolas.

Ce centre est annoncé pour fin mai, voire début juin. Les autorités locales épinglent également le fait que ce lieu implanté au cœur d'un quartier densément peuplé n'est pas idéal pour accueillir une telle structure. "Il n'y a pas de rejet de la commune vis-à-vis de ces personnes mais bien une réaction de rejet par rapport à la façon de mettre au pied du mur, sans informations préalables. Avec 24.000 habitants sur 6 kilomètres carrés, Saint-Nicolas est la commune la plus densément peuplée de Wallonie et nous dénombrons 1.800 élèves dans sept écoles qui sont déjà à saturation", a relevé la bourgmestre de Saint-Nicolas.

Celle-ci a sollicité une réunion afin d'obtenir des explications.