L’EPN de Huy fabrique des visières de protection pour les corps médicaux

L’Espace Publique Numérique (EPN) de Huy fabrique, depuis ce lundi, des visières de protection à destination des différents corps médicaux qui sont en première ligne face à la pandémie de coronavirus.

Illustration. Les visières de protection empêchent que les éventuels postillons, notamment, n'arrivent sur le visage du personnel soignant.
Plein écran
Illustration. Les visières de protection empêchent que les éventuels postillons, notamment, n'arrivent sur le visage du personnel soignant. © EPA

Dans la lutte contre les coronavirus, toutes les forces sont mises en œuvre pour venir en aide au personnel soignant, en première ligne face aux patients contaminés. Des médecins, infirmiers, et même dentistes, qui doivent faire face au manque criant de matériel de protection, notamment les masques adéquats. Certaines petites sociétés et citoyens se sont donc mis à la couture afin de confectionner ces précieux masques, en tissu, faute de mieux.

D’autres, de leur côté, fabriquent des visières anti-projection à l’aide d’imprimantes 3D. C’est le cas, notamment, de certains “Fablabs”, des laboratoires d’innovation et de fabrication numérique. La semaine dernière, celui de Liège a d’ailleurs confectionné pas moins de 700 de ces sur-masques. Début de cette semaine, l’Athénée Royal de Liège 1 annonçait mettre son imprimante 3D à disposition d’un groupe citoyen pour leur projet dont le but est, une fois encore, de fabriquer ces systèmes de protection.

À Huy, on y travaille jour et nuit

Cette fois-ci, c’est du côté de Huy que ça se passe. L’Espace Public Numérique (EPN) de la Ville a commencé à produire des visières de protection qui seront distribuées aux publics cibles que sont les dentistes, kinés et infirmiers à domicile.

Ces visières sont réalisées en acide polylactique (PLA) et conçues grâce à l’imprimante 3D du Créabib, un espace dédié à la créativité numérique installé au sein de la bibliothèque publique de Huy.

Des tests ont déjà été réalisés et l’agent communal qui est à l’initiative de la démarche a débuté la production ce lundi, en fin de journée. Afin d’optimaliser le rendement de l’imprimante 3D en question, il a décidé de travailler en continu et y compris en soirée. Le but est de produire le plus rapidement possible ces visières qui sont des éléments importants pour la sécurité des publics cibles.

Retrouvez ici toute l’actualité de la province de Liège.