Le parlement wallon à Namur, le 6 mai 2020.
Plein écran
Le parlement wallon à Namur, le 6 mai 2020. © BELGA

La prime aux soignants recalée en commission du parlement wallon

Le cdH est revenu mardi matin, en commission spéciale Covid-19 du parlement wallon, sur son idée de prime à accorder aux soignants qui dépendent de la Région. Sa proposition de résolution, amendée pour ne plus porter que sur cette prime de 750 euros, a été rejetée par la majorité.

La semaine dernière, le président du PS, Paul Magnette, avait pourtant lui aussi plaidé pour l'octroi d'une prime de 750 euros aux travailleurs de première ligne pendant la crise du coronavirus. Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, lui avait alors apporté son soutien. "Il faut aider celles et ceux qui étaient en première ligne. Sans eux, les dégâts de cette crise auraient été encore plus importants. Leurs efforts méritent d'être récompensés", avait-il ainsi tweeté.

Interpellé sur le sujet par François Desquesnes, le chef de groupe des humanistes au parlement régional, Elio Di Rupo - qui participe à la commission de ce mardi par vidéo-conférence - n'a pu répondre, le règlement de l'assemblée imposant une présence physique pour réagir aux questions des parlementaires au cours des débats sur les résolutions. Présent dans la salle, Philippe Henry, vice-président du gouvernement wallon, n'a quant à lui pas souhaité prendre la parole à la place du ministre-président, faute de concertation. "Il n'était pas prévu de procéder de la sorte", a-t-il expliqué.

"Notre question est simple: est-ce que, oui ou non, la Wallonie va tenir les engagements pris sur Twitter? ", a résumé François Desquesnes, sans parvenir à convaincre la majorité. 

“Le débat se passe au fédéral”

"Vous savez que le débat se passe au fédéral. Je suis convaincu que votre président de parti y sera aux côtés de Paul Magnette pour appuyer cette revendication", lui a répondu le chef de file des socialistes au parlement régional, André Frédéric.

"Le cdH devrait faire preuve de pragmatisme. S'il voulait faire partie du problème plutôt que de la solution, il ne s'y prendrait pas autrement", a renchéri Anne Laffut (MR), rappelant elle aussi que ces discussions devaient se passer au niveau fédéral.

Malgré le rejet de sa proposition de résolution en commission, les humanistes ont déjà promis qu'ils reviendraient avec leur texte en séance plénière.