Plein écran
La majorité des cas de rougeole enregistrés en Belgique cette année concernent les plus de 30 ans. © Getty Images

La rougeole, une maladie infantile? En Belgique, pas vraiment

Souvent associée aux enfants, la rougeole affecte également les adultes. La majorité des cas de rougeole enregistrés en Belgique cette année concernent d'ailleurs les plus de 30 ans qui, pour la plupart, ne sont pas vaccinés ou ignorent s'ils le sont. 

"Dans les années 70, les programmes de vaccination étaient encore à leur début. Beaucoup de personnes ne se sont pas faites vacciner ou ne savent même pas si elles l'ont été", déplore Dr. Carole Schirvel de la surveillance des maladies infectieuses au près de l'Agence pour une vie de qualité de la région Wallonne. Pour elle, les adultes entre 30 et 40 ans représentent la tranche d'âge la plus en proie au risque de contamination et de propagation de la rougeole. 

Pour empêcher une épidémie par la vaccination, il faut un taux de personnes vaccinées de 95%. Or, il n'y a que chez les enfants que ce taux est atteint, et uniquement pour la première des deux doses de vaccin conseillées.
Pourtant, contracter une maladie infantile peut être davantage critique à l'âge adulte. Dans près de 20% des cas, la rougeole peut entraîner une pneumonie ou un encéphalite (inflammation du cerveau), comme indique le rapport de l'institut de recherche de la santé publique (Sciensano). 

Les cas de rougeole en baisse après avoir explosé au début de l'année

Si l'Allemagne se dirige vers une vaccination obligatoire contre la rougeole, Carole Schirvel préconise l'information avant tout. "En Wallonie surtout, il y a une défiance vis-à-vis du vaccin. Il faudrait informer les gens sur l'importance de la vaccination mais aussi sur la dangerosité du virus.”

Une campagne d'information qui, selon la docteure, devrait également viser le corps des médecins généralistes, qui n'a pas toujours le réflexe de vérifier si les vaccins de leurs patients sont à jour, "il n'y a pas de vaccinateur né.”

Bien qu'en Belgique les cas de rougeole entre janvier et juin 2019 aient plus que triplé par rapport à la même période en 2018, Carole Schirvel insiste sur le fait que depuis juin, la tendance est à la baisse.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.
  2. Pourquoi le médicament qui peut sauver Pia coûte-t-il près de 2 millions d’euros?

    Pourquoi le médicament qui peut sauver Pia coû­te-t-il près de 2 millions d’euros?

    La petite Pia, un bébé de neuf mois, est atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare qui se caractérise par une faiblesse musculaire progressive. Seul le Zolgensma, un médicament disponible uniquement aux Etats-Unis, pourrait sauver la petite. Coût du produit: 1,9 millions d’euros. Question que tout le monde se pose: comment un traitement capable de sauver une vie humaine peut-il coûter si cher?