Le projet-pilote “Sport après cancer” lancé dans trois communes liégeoises

Le CHU de Liège, l’ULiège, la Fondation contre le Cancer et trois communes liégeoises ont lancé, ce lundi, l’expérience-pilote “Le citoyen sportif : sport après cancer”.

Plein écran
© L.M.

Suite à un cancer, quel qu’il soit, les patients bénéficient d’un programme de revalidation. Des séances indispensables qui intègrent de plus en plus une activité sportive. “Cela constitue un élément central de la réhabilitation post-cancer, avec un impact positif tant sur le plan physique que psychologique”, explique Jean-François Kaux, chef du service de médecine physique du CHU de Liège. “Vivre un cancer éprouve la personne dans toutes ses facettes. Mobilisé contre le cancer, le corps peut se fragiliser, le niveau d’activité physique devenir faible alors que les traitements s’achèvent.”

C’est pourquoi, ce lundi, le CHU de Liège et l’ULiège, en partenariat avec la Fondation contre le Cancer et les communes de Ans, Chaudfontaine et Waremme, ont présenté leur projet pilote “Le citoyen sportif : sport après cancer”. Annick Schoonbroodt, coordinatrice régionale à Liège de la Fondation contre le Cancer se dit particulièrement heureuse par cette expérience.

Double objectif

Le programme a déjà été expérimenté dans l’unité “Revacancer” du Blanc Gravier (Sart Tilman). Là, les patients en revalidation suite à un cancer ont pu réaliser des entraînements physiques spécifiques. Mais avec le lancement officiel du cette expérience-pilote, le CHU de Liège et l’ULiège entendent aller plus loin avec deux objectifs bien définis.

Le premier est de quitter totalement la sphère hospitalière en créant des centres “Sport après cancer” dans plusieurs communes. “Notre volonté, dans l’expérience menée à Ans, Chaudfontaine et Waremme, est d’ajouter une relation sociale de proximité et de faciliter l’activité physique en étant proche des gens”, expliquent les deux partenaires.

Le second objectif est d’associer les médecins généralistes. Pour cela, le CHU et l’ULiège organisent, dans les communes de Ans, Chaudfontaine et Waremme, des séances d’activités physiques encadrées par des kinés et des préparateurs physiques spécialisés. “Ces séances sont ouvertes gratuitement aux habitants des communes ayant présenté un cancer et dont le sport est recommandé par une ordonnance de leur médecin généraliste, en lien avec le cancérologue référent”, indique-t-on.

Une kit “communes”

Si l’expérience-pilote est un succès, un kit pourra être proposé aux communes qui le souhaitent. “Nous devons d’abord valider un modus operandi et trouver une formule de financement pour toucher le plus grand monde”, conclut Annick Schoonbroodt.

Ce projet est financé à la fois par les Grants Activité physique de la Fondation contre le Cancer et les communes participantes.

Retrouvez ici toute l’actualité en région liégeoise.