Donald Trump.
Plein écran
Donald Trump. © Photo News

Les Etats-Unis autorisent la chloroquine à l'hôpital

Le régulateur du médicament aux Etats-Unis (FDA) a autorisé dimanche contre le coronavirus, uniquement à l'hôpital, la chloroquine et l'hydroxychloroquine, traitements antipaludiques sur lesquels le président Donald Trump fonde les plus grands espoirs.

Dans un communiqué, le département de la Santé a indiqué que la FDA donnait son feu vert pour que ces traitements soient "distribués et prescrits par des médecins aux patients adolescents et adultes hospitalisés atteints du Covid-19, de manière adaptée, quand un essai clinique n'est pas disponible ou faisable".

Le président américain avait vanté le 24 mars les mérites de ce médicament. "Il y a de bonnes chances que cela puisse avoir un énorme impact. Ce serait un don du ciel si ça marchait", avait-il déclaré. Un médecin français controversé, le Pr Didier Raoult, défend ce traitement, et a avancé des études qui n'ont pas entièrement convaincu la communauté scientifique.

Les autorités sanitaires américaines ont prévenu le grand public qu'il ne devait pas s'automédicamenter. Un habitant de l'Arizona (sud-ouest) qui avait ingéré du phosphate de chloroquine, employé pour désinfecter les aquariums, en est mort.

Deux corps médicaux américains, l'Institut national de la Santé (NIH) et l'Autorité pour la recherche-développement dans le domaine biomédical (Barda), travaillent sur des essais cliniques. Un essai selon le protocole du Pr Raoult, avec l'hydroxychloroquine et l'azithromycine (un antibiotique) doit bientôt démarrer à New York.

Les Etats-Unis comptent plus de 140.000 cas et 2.489 morts, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. 

  1. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.