Selon une circulaire diffusée par la mairie de Wuhan, les non-résidents peuvent quitter la ville s'ils ne présentent pas de symptôme de la maladie et n'ont jamais été en contact avec des porteurs du virus.
Plein écran
Selon une circulaire diffusée par la mairie de Wuhan, les non-résidents peuvent quitter la ville s'ils ne présentent pas de symptôme de la maladie et n'ont jamais été en contact avec des porteurs du virus. © EPA

Les non-résidents de Wuhan autorisés à quitter la ville, 150 nouveaux décès enregistrés en Chine

Les non-résidents en bonne santé vont être autorisés sous conditions à quitter Wuhan, a annoncé lundi la mairie de la métropole chinoise au coeur de l'épidémie de pneumonie virale.

Ces mesures sont les premières à atténuer la quarantaine sous laquelle est placée la cité de 11 millions d'habitants depuis le 23 janvier, mis à part l'évacuation par avion de ressortissants de plusieurs pays.

Selon une circulaire diffusée par la mairie de la ville située dans le centre de la Chine, les non-résidents peuvent quitter Wuhan s'ils ne présentent pas de symptôme de la maladie et n'ont jamais été en contact avec des porteurs du virus.

Les résidents qui auraient une raison particulière de partir, par exemple pour suivre un traitement médical sans rapport avec l'épidémie, pourront également être autorisés à le faire, de même que les personnes venues à Wuhan pour participer à la lutte contre le coronavirus.

Les candidats devront obtenir le feu vert des autorités et les départs devront se faire de façon échelonnée.
Alors que les transports aériens et ferroviaires ne sont pas rétablis à Wuhan, la mairie précise que seules deux personnes sont autorisées à voyager à bord d'une automobile, dont le chauffeur.

Arrivés à destination, les personnes devront se déclarer aux autorités locales et surveiller leur état de santé pendant 14 jours. Certaines localités, comme Pékin, imposent une quarantaine de 14 jours à l'hôtel ou à domicile aux personnes en provenance d'autres provinces du pays.

Wuhan et sa province du Hubei comprennent toujours la très grande majorité des quelque 77.000 cas de contamination enregistrés en Chine depuis décembre, dont près de 2.600 cas mortels.

150 nouveaux décès enregistrés en Chine 

Le bilan de l’épidémie de pneumonie a atteint lundi 2.592 morts en Chine continentale après l’annonce de 150 décès supplémentaires, tous sauf un dans la province centrale du Hubei, berceau du nouveau coronavirus, ont annoncé les autorités sanitaires.

Ces chiffres témoignent d’une aggravation après les 97 nouveaux décès annoncés dimanche. La Commission nationale (ministère) de la Santé a par ailleurs fait état de 409 nouveaux cas confirmés de contamination sur vingt-quatre heures, la plupart au Hubei, ce qui porte à plus de 77.000 le nombre de personnes infectées dans le pays.

  1. La production de masques à Fleurus: investissement et emplois créés

    La production de masques à Fleurus: investisse­ment et emplois créés

    Notre pays n’était pas préparé à la crise du coronavirus. Plusieurs couacs ont émaillé la gestion gouvernementale du problème. La distribution des masques chirurgicaux ne s’est pas déroulée sans heurt. Certains ne sont jamais arrivés. D’autres n’étaient pas conformes aux normes. La Région Wallonne a décidé d’intervenir pour que le secteur des soins de santé ne soit plus confronté à pareille pénurie à l’avenir.
  2. Coronavirus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos
    Play

    Coronavi­rus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos

    Les maisons de repos du pays sont dans une situation de grande urgence face à la propagation du coronavirus. À un tel point que la Wallonie a décidé de demander un soutien de l’armée et de la protection civile pour notamment y réaliser des tests de dépistage. Et pour cause, 378 personnes y ont péri depuis un peu avant le 25 mars dernier. En tout, 116 maisons de repos wallonnes sur les 600 comptabilisent au moins 10 cas d’infection au coronavirus. Une médecin carolo n’a pas attendu ces initiatives pour mettre la main à la pâte.
  3. Amnésique après un saignement de nez, elle ne reconnaît plus ses parents ni son petit ami

    Amnésique après un saignement de nez, elle ne reconnaît plus ses parents ni son petit ami

    Une jeune Britannique de 26 ans, originaire de Londres, a complètement perdu la mémoire après ce qui semblait être un banal saignement de nez. Son nom, son enfance, son job, ses parents: Sophie Clayton ne se souvient plus de rien. “Toute ma mémoire s’est évaporée. J’ai dû réapprendre à connaître mon petit ami, avec qui j’avais une relation depuis deux ans”, témoigne-t-elle dans la presse anglaise.