Plein écran
Illustration. © Getty Images

Les Pays-Bas ne livreront plus de médicaments lourds aux Belges

Une pharmacie néerlandaise, pointée du doigt pour avoir illégalement fourni des médicaments lourds à des Belges, a interrompu ses livraisons vers le plat pays, a-t-elle fait savoir mardi à l'agence de presse néerlandaise ANP. 

Le journal Het Nieuwsblad rapportait lundi que l'été dernier, le sulfate de dexamphétamine, utilisé pour traiter les troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), était très difficile à obtenir en Belgique. Mais les patients belges pouvaient le trouver facilement sur internet via une pharmacie néerlandaise. 

La pharmacie en question s'est fait taper sur les doigts et a dès lors cessé d'approvisionner les clients belges. L'Agence fédérale belge des médicaments et des produits de santé (AFMPS) s'était en effet plainte auprès de son homologue néerlandaise. Le ministère néerlandais de la santé publique avait alors pris contact avec la pharmacie, qui a immédiatement arrêté les livraisons - non conformes - de tels médicaments, a-t-elle indiqué à l'agence de presse ANP.

  1. Maggie De Block: “Le risque que le virus atteigne notre pays est réel”
    Play
    Mise à jour

    Maggie De Block: “Le risque que le virus atteigne notre pays est réel”

    La ministre de la Santé publique Maggie De Block a tenu ces dernières heures un discours rassurant dans les médias au sujet des risques face au coronavirus en Belgique, où il n’y a eu jusqu’ici qu’un seul cas connu, une personne rapatriée de Wuhan en tout début de mois. Cette unique personne testée positive au virus ne présentait pas de symptômes, et a pu reprendre le cours normal de sa vie après une période de quarantaine. L’homme “est sorti de l’hôpital et se trouve à présent en Italie”, indique la ministre mardi en matinée au micro de LN24.
  2. Le coronavirus inquiète les voyageurs de l’aéroport de Charleroi: “Aucun contrôle”

    Le coronavi­rus inquiète les voyageurs de l’aéroport de Charleroi: “Aucun contrôle”

    L’aéroport de Charleroi est passé dans la phase 2 de son dispositif destiné à éviter une épidémie sanitaire. Il s’agit d'une phase d’information et de sensibilisation à l’attention de son personnel. Il a pris cette décision après que le coronavirus se soit répandu très rapidement en Italie. En effet, plusieurs de ses vols ont pour destination Milan, Rome, Turin et Venise. Toutes ces villes sont touchées par le COVID-19 (l’acronyme anglais du coronavirus 2019).