Geert Meyfroidt  et Marc Van Ranst.
Plein écran
Geert Meyfroidt et Marc Van Ranst. © UZ Leuven/Bart Leye

Marc Van Ranst: “N’attendez pas vendredi pour appliquer les nouvelles mesures, restez chez vous dès maintenant”

Les experts saluent les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement flamand mardi soir. Seul le timing de l’entrée en vigueur pose question, selon eux. “Avec toutes ces mesures, cela devrait marcher. Mais n’attendez pas vendredi 18 heures pour les respecter, il n’y a aucune raison pour cela”, réagit Marc Van Ranst, virologue. “Des choix judicieux ont été faits, j’espère que nous assisterons très bientôt à un renversement de la courbe”, ajoute Geert Meyfroidt, chef de service aux soins intensifs de l’UZ Leuven.

  1. Les anticorps contre le coronavirus augmentent dans tous les groupes de la population

    Les anticorps contre le coronavi­rus augmentent dans tous les groupes de la population

    Le nombre de personnes qui ont développé des anticorps contre le coronavirus est en augmentation dans tous les groupes de la population belge, a indiqué vendredi Sciensano. Au cours de la période février-avril 2021, l'Institut de santé publique a trouvé des pourcentages similaires dans la population générale et chez les écoliers et le personnel scolaire. Environ une personne sur quatre à cinq possède déjà des anticorps et l'impact de la vaccination est clairement visible chez les professionnels de la santé.
  1. Faut-il prendre du paracétamol avant de se faire vacciner contre la Covid-19?

    Faut-il prendre du paracéta­mol avant de se faire vacciner contre la Covid-19?

    La campagne de vaccination avance à grands pas et plusieurs centaines de milliers de Belges se font vacciner chaque semaine. Certains ont mal au bras à la suite de l’injection, d’autres se sentent un peu grippés, tandis que les plus chanceux n’ont aucun effet secondaire. Quelle est la meilleure chose à faire pour contrer d’éventuels désagréments? Selon Steven Van Gucht et Dirk Ramaekers, prendre un antidouleur à titre préventif n’est certainement pas une bonne idée.
  2. Un patient hospitalisé sur cinq souffre de malnutrition

    Un patient hospita­lisé sur cinq souffre de malnutriti­on

    Une personne hospitalisée sur cinq est à risque de malnutrition, ressort-il lundi d'une étude réalisée par l'UZ Leuven en collaboration avec cinq autres hôpitaux belges. Ces patients présentent dès lors un risque de mortalité plus élevé au moment de leur prise en charge ou dans le mois suivant leur admission, et ils doivent souvent être réadmis après leur sortie de l'hôpital. Face à cette problématique, les chercheurs tirent la sonnette d'alarme et demandent d'accorder davantage d'attention à l'alimentation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des établissements de soins de santé.