Illustration
Plein écran
Illustration © Thinkstock

Morte à 26 ans d’une overdose de MDMA, le cri d’alarme de sa mère: “C’est une roulette russe”

De plus en plus à la mode, la MDMA n’en demeure pas pour autant sans danger. Une surdose involontaire peut en effet s’avérer mortelle. Une mère endeuillée par le décès tragique de sa fille l’a rappelé dans un douloureux témoignage diffusé sur les ondes d’Europe 1

Le 24 décembre 2016, la veille de Noël, Alice perd la vie dans un appartement parisien. Elle venait de consommer de la MDMA avec ses amis. La bouteille en plastique avait circulé. À l’intérieur, dilué, un kilo de MDMA. Cocktail explosif. Première expérience fatale. Elle avait 26 ans et débutait une carrière prometteuse, relate Europe 1.

“Il suffit d’une seule dose”

“On est tombés de haut”, confie sa mère. Alors que le dealer est jugé ce vendredi pour homicide involontaire, Sophie de Barrau avertit les futurs consommateurs: “Il suffit d’une seule dose. Dans le cas de notre fille, une dose 35 fois mortelle (...) Elle a simplement trempé ses lèvres et en est morte”, insiste-t-elle. Une de ses amies s’est retrouvée dans le coma mais s’en est sortie. Une autre a fini à l’hôpital psychiatrique, terrorisée. 

“La roulette russe”

La police surnomme cette drogue la “roulette russe”. Son impact et ses conséquences aléatoires diffèrent en effet d’une personne à l’autre. La mère d’Alice regrette aujourd’hui la banalisation dangereuse de ces substances chimiques: “On ne sait jamais comment c’est fait, on ne connaît jamais celui qui les a faites, ni le dosage”. 

“C’est accessible et pas cher”

Jean, le grand frère inconsolable, abonde dans le même sens: “C’est accessible et pas cher. Pour 15 euros, on peut passer une très bonne soirée”, a-t-il la franchise d’avouer... Avant d’inviter les auditeurs à la réflexion: “Imaginez que votre mère vous appelle un matin pour vous dire que votre petite sœur est morte (...) Dites-vous que ça peut vous arriver demain”. 

Un témoignage poignant à découvrir ci-dessous. 

  1. Après les hôpitaux de Charleroi, les MR et les MRS carolos se mobilisent
    Interview

    Après les hôpitaux de Charleroi, les MR et les MRS carolos se mobilisent

    Le personnel de l’Hôpital Civil Marie Curie, d’André Vésale à Montigny-le-Tilleul et du Centre de Santé des Fagnes à Chimay avait manifesté sa colère la semaine dernière. Il se plaint du manque de moyens financiers alloués au secteur. Mardi, c’était au tour du site Notre-Dame du Grand Hôpital de Charleroi! Le lendemain, les expressions d’insatisfaction se sont étendues aux maisons de repos (MR) et aux maisons de repos et de soins (MRS) de la région carolo.
  2. Ne rien faire n’est pas de tout repos

    Ne rien faire n’est pas de tout repos

    Rester chez soi dans le canapé, devant une bonne série, ne plus aller au bureau et éviter ainsi les embouteillages quotidiens, se faire livrer ses courses ou ses repas: le confinement n’a pas eu, à première vue, que des conséquences désagréables. Il a néanmoins permis de tirer un constat clair: non, l’être humain n’est pas aussi fainéant qu’on ne le pense et l’inactivité trop prolongée le plonge d’ailleurs dans le désarroi. Son bien-être mental résulte d’un juste équilibre entre l’activité et le repos, relate une étude relayée par la BBC et Slate.