Certains jeunes en bonne santé sont plus fortement touchés par la maladie du Covid-19 que les autres patients du même groupe d’âge.
Plein écran
Certains jeunes en bonne santé sont plus fortement touchés par la maladie du Covid-19 que les autres patients du même groupe d’âge. © EPA

Pourquoi des jeunes en bonne santé tombent-ils aussi gravement malades?

CoronavirusSi les jeunes ne représentent qu’une part infime des patients Covid admis aux soins intensifs, certains d’entre eux, pourtant en bonne santé, développent pourtant une forme grave de la maladie. Deux études internationales publiées jeudi dans la prestigieuse revue Science et auxquelles des hôpitaux belges ont participé, révèlent que des facteurs génétiques ou immunologiques peuvent être à l’origine de ces formes graves chez les jeunes.

  1. Les hôpitaux au bord de l'effondrement : “Nous craignons de devoir choisir qui nous allons sauver”

    Les hôpitaux au bord de l'effondre­ment : “Nous craignons de devoir choisir qui nous allons sauver”

    “Nos hôpitaux sont au bord de l’effondrement, au bord de la catastrophe. À Bruxelles et en Wallonie, nous sommes même proches d’un tsunami.” Les mots du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) ne sont guère rassurants. Et pour cause: au total, 2.485 patients Covid-19 sont actuellement hospitalisés en Belgique dont 412 en soins intensifs, selon les dernier chiffres de Sciensano. Entre le 12 et le 18 octobre, les hospitalisations ont doublé par rapport à la semaine dernière, avec une moyenne de 251,9 admissions quotidiennes (+100%). Interrogé par HLN, Antoine Gruselin, porte-parole du CHR de Liège, une ville où le virus circule particulièrement vite, confirme: “Notre plus grande crainte est de nous retrouver dans une situation où nous devrons choisir parmi nos patients ceux que nous allons sauver et ceux que nous ne sauverons pas.”
  2. Faut-il suivre l’exemple néerlandais et opter pour un reconfinement partiel? La réponse de Marc Van Ranst

    Faut-il suivre l’exemple néer­landais et opter pour un reconfine­ment partiel? La réponse de Marc Van Ranst

    Si "une politique résolue" est nécessaire dans la gestion de la deuxième vague de l'épidémie du nouveau coronavirus, il ne faut toutefois pas tomber dans une surenchère à qui sera le plus strict, estime mercredi le virologue flamand Marc Van Ranst. Il répondait ainsi à des inquiétudes de certains Belges considérant que le Plat pays devrait suivre l'exemple des Pays-Bas, qui a opté pour un reconfinement partiel.