En début d’année passée, 7 à 8% des Belges se plaignaient d’incapacité à trouver le sommeil. Ce nombre a grimpé à 19% durant le premier confinement. Au second confinement, la proportion est même passée à 29% d’insomniaques. Soit quatre fois plus que 12 mois auparavant.
Plein écran
En début d’année passée, 7 à 8% des Belges se plaignaient d’incapacité à trouver le sommeil. Ce nombre a grimpé à 19% durant le premier confinement. Au second confinement, la proportion est même passée à 29% d’insomniaques. Soit quatre fois plus que 12 mois auparavant. © Shutterstock

Près d’un Belge sur trois dort mal à cause de la pandémie

La pandémie de coronavirus tient les Belges éveillés. Au cours du second confinement, le nombre de personnes se plaignant d’insomnie a augmenté de 29%, rapportent Het Laatste Nieuws et De Standaard mercredi citant une étude de la VUB et de l’hôpital Brugmann à Bruxelles.

  1. Les hôpitaux ferment des lits de soins intensifs par manque de personnel

    Les hôpitaux ferment des lits de soins intensifs par manque de personnel

    En théorie, les hôpitaux belges disposent de plus de 2.000 lits en soins intensifs mais, contrairement aux précédentes vagues de Covid-19, ce n'est pas tout à fait le cas dans la pratique. Il y en effet désormais trop peu de personnel pour les prendre en charge. Pour le moment, dans les services de soins intensifs, il est ainsi estimé qu'environ 5% des lits sont "perdus", c'est-à-dire indisponibles pour accueillir un patient, rapporte De Standaard vendredi. La tendance est aussi notable dans les services normaux des hôpitaux, avec là aussi une capacité réduite.
  2. Voilà pourquoi les avoirs sur les livrets d'épargne belges ont baissé jusqu’à 298,2 milliards d’euros
    Guide-epargne.be

    Voilà pourquoi les avoirs sur les livrets d'épargne belges ont baissé jusqu’à 298,2 milliards d’euros

    Après l’augmentation considérable des avoirs globaux sur les comptes d’épargne belges en 2020 et au début de cette année-ci, une baisse a été constatée durant 3 mois consécutifs. Au mois de septembre, le solde global a été réduit de 258 millions d’euros, pour atteindre le montant de 298,2 milliards d’euros. Plusieurs facteurs ont contribué à cette légère baisse. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous explique la situation.
  3. Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans
    Guide-epargne.be

    Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans

    Depuis un certain temps déjà, les taux d’intérêt sur nos livrets d’épargne sont fort bas. Avec le taux minimal légal pour les comptes d’épargne réglementés, appliqué par la plupart des grandes banques, vous devriez attendre 636 ans avant que le montant de vos épargnes ne soit doublé. Toutefois, ceux qui optent pour des produits d’épargne ou d’investissement plus rentables, pourraient parvenir à augmenter de 100% leur capital durant leur vie. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous explique comment ceci est possible.
  1. Donner la priorité aux vaccinés dans les hôpitaux, est-ce vraiment faisable?

    Donner la priorité aux vaccinés dans les hôpitaux, est-ce vraiment faisable?

    Donner la priorité de soins aux vaccinés sur les non-vaccinés, c’était la piste du moraliste Patrick Loobuyck (université d’Anvers), relayée jeudi. Notre sondage lancé en parallèle vous divise: sur plus de 7.000 votants à ce stade, 54% sont en faveur de l’idée, 43% sont contre, tandis que 3% ne se prononcent pas. Les personnes qui refusent le vaccin ne devraient pas avoir droit au remboursement des frais médicaux, pour le neurochirurgien Geoffrey Lesage (hôpital Onze-Lieve-Vrouw, à Alost), dans une lettre ouverte. La pression sur les personnes non-vaccinées augmente de toutes parts. Mais dans la pratique, cela serait-il réellement possible? Interrogés par HLN, des spécialistes du droit de la santé et Unia éclairent sur la question.