L'UZ Brussel estime que la peur d'attraper le coronavirus joue un rôle important dans ces reports de soins nécessaires.
Plein écran
L'UZ Brussel estime que la peur d'attraper le coronavirus joue un rôle important dans ces reports de soins nécessaires. © Photo News

Repousser des soins par peur du coronavirus peut s'avérer catastrophique

Repousser des soins nécessaires par peur du coronavirus peut s'avérer catastrophique, s'alarme vendredi l'hôpital universitaire de Jette, UZ Brussel. Médecins généralistes et patients suivis pour certaines pathologies doivent être vigilants aux signaux d'alerte afin d'intervenir à temps, plaide l'institution.

En particulier, les personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire ne doivent pas ignorer certains signes, comme des douleurs derrière le sternum, des picotements dans les membres, une perte de parole soudaine. 

Plusieurs cas dramatiques ces derniers jours

"Un patient a dû être amputé d'une jambe en raison d'un apport insuffisant en oxygène pendant trop longtemps, à cause d'un rétrécissement de l'artère. Un autre se retrouve paralysé à vie à cause d'un AVC, tandis qu'un troisième est décédé d'un anévrisme durant le transport vers la salle d'opération", déplore Erik Debing, chef du service de chirurgie vasculaire. "Si ce dernier patient était venu à l'hôpital dès ses premières plaintes, trois jours plus tôt, il aurait pu normalement quitter l'hôpital après une intervention", regrette le praticien.

L'UZ Brussel estime que la peur d'attraper le coronavirus joue un rôle important dans ces reports de soins nécessaires. "Le nombre de décès non Covid-19 pourrait toutefois dépasser le nombre de décès dus au virus si les patients reportent trop longtemps leurs soins", prévient l'institution.

  1. Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le Groupe santé CHC a investi 2,5 millions d'euros à la clinique CHC Heusy (Verviers) afin de doter l'établissement hospitalier de services modernes au niveau de l'imagerie médicale et de la médecine nucléaire, a-t-on appris mardi lors d'une conférence de presse. Une enveloppe de 42 millions d'euros au total a été dégagée dans le cadre d'un plan d'investissement ambitieux courant jusqu'en 2022 et prévoyant entre autres une capacité d'accueil doublée sur un site passé de 10.000 à 21.000 m2.