Plein écran
© AFP

Selon Trump, le risque pour les États-Unis est “très faible”

7sur7 aux USALe risque de propagation du coronavirus aux États-Unis est "très faible", a affirmé mercredi le président américain Donald Trump en saluant les actions de son gouvernement pour lutter contre l'épidémie, comme les restrictions envers les voyageurs en provenance de Chine.

"Grâce à tout ce que nous avons fait, le risque pour les Américains reste très faible", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, soulignant que ses décisions avaient pourtant été qualifiées de "ridicules" par ses adversaires.

Un vaccin bientôt? Selon Trump, oui. Selon les médecins, non

Le président Trump a déclaré qu’un vaccin contre le coronavirus était en développement. “En parlant aux médecins, nous pensons que c’est quelque chose que nous pouvons développer assez rapidement.” 

Selon CNN, cependant, qui rapporte les propos du National Institutes of Health, il faudra plusieurs mois avant que les essais cliniques puissent débuter et plus d’un an avant qu’un vaccin soit disponible sur le marché.

Mike Pence a la tête de l’équipe

Mike Pence a été propulsé à la tête de l’équipe chargée d’organiser les efforts américains pour empêcher la propagation du coronavirus.

Donald Trump a encore déclaré que les Américains qui avaient contracté la maladie se portaient “bien”. “Sur 15 personnes, 8 sont rentrées chez elles et y resteront jusqu’à leur guérison complète.”

Les cas de coronavirus vont augmenter aux États-Unis, comme partout ailleurs. Le Docteur Anne Schuchat, directrice adjointe des Centers of Disease Control and Prevention, a estimé que c’était le moment idéal pour les entreprises, les universités ou encore les écoles de voir s’ils étaient prêts à réagir en cas de pandémie.

  1. La production de masques à Fleurus: investissement et emplois créés

    La production de masques à Fleurus: investisse­ment et emplois créés

    Notre pays n’était pas préparé à la crise du coronavirus. Plusieurs couacs ont émaillé la gestion gouvernementale du problème. La distribution des masques chirurgicaux ne s’est pas déroulée sans heurt. Certains ne sont jamais arrivés. D’autres n’étaient pas conformes aux normes. La Région Wallonne a décidé d’intervenir pour que le secteur des soins de santé ne soit plus confronté à pareille pénurie à l’avenir.
  2. Coronavirus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos
    Play

    Coronavi­rus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos

    Les maisons de repos du pays sont dans une situation de grande urgence face à la propagation du coronavirus. À un tel point que la Wallonie a décidé de demander un soutien de l’armée et de la protection civile pour notamment y réaliser des tests de dépistage. Et pour cause, 378 personnes y ont péri depuis un peu avant le 25 mars dernier. En tout, 116 maisons de repos wallonnes sur les 600 comptabilisent au moins 10 cas d’infection au coronavirus. Une médecin carolo n’a pas attendu ces initiatives pour mettre la main à la pâte.
  3. Amnésique après un saignement de nez, elle ne reconnaît plus ses parents ni son petit ami

    Amnésique après un saignement de nez, elle ne reconnaît plus ses parents ni son petit ami

    Une jeune Britannique de 26 ans, originaire de Londres, a complètement perdu la mémoire après ce qui semblait être un banal saignement de nez. Son nom, son enfance, son job, ses parents: Sophie Clayton ne se souvient plus de rien. “Toute ma mémoire s’est évaporée. J’ai dû réapprendre à connaître mon petit ami, avec qui j’avais une relation depuis deux ans”, témoigne-t-elle dans la presse anglaise.