La ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD).
Plein écran
La ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD). © Photo News

“Six ministres de la Santé en Belgique, autant que cela serve!”

Le cdH a appelé jeudi à la réunion des ministres fédéral, régionaux et communautaires en charge de la Santé pour qu'une stratégie commune et efficace soit mise en place face à l'épidémie de coronavirus.

"Six ministres de la Santé en Belgique... Autant que cela serve! N'est-ce pas l'occasion de les réunir urgemment en conférence interministérielle Santé pour que chacun d'eux soit aligné sur une même stratégie?" a demandé le président des centristes, Maxime Prévot, sur Twitter.

Manque de cohérence

"Il manque une cohérence aux différents niveaux et une cohérence d'ensemble. Parfois, on contrôle, parfois pas, parfois on isole, parfois pas. Les médecins de première ligne sont envoyés vers le SPF Santé puis vers le niveau communautaire, etc. Dans la gestion d'une épidémie, ce qui compte, c'est la cohérence d'ensemble et l'efficacité opérationnelle. La Belgique peut et doit faire mieux", a ajouté la cheffe de groupe à la Chambre, Catherine Fonck, médecin et ex-ministre de la Santé de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le quotidien "Le Soir" fait état d'un certain désarroi des médecins généralistes, profession en première ligne face à un malade qui présente des symptômes suspects. Le président du Groupement belge des Omnipraticiens (GBO), Paul De Munck, regrette le peu d'informations reçues des autorités. Un courriel détaille la marche à suivre face à un cas douteux, a-t-il expliqué, mais il ne dit rien du dispositif en place et des réelles procédures à suivre si une épidémie se déclare en Belgique.

"Nous devrions, nous, médecins, avoir une feuille de route précise détaillant la marche à suivre", a-t-il souligné.
Les cercles de médecine générale ont alerté leurs instances régionales afin d'échanger leurs idées à mettre en œuvre en cas d'épidémie et sont prêts à offrir leurs services aux autorités, a-t-il précisé, avant de plaider pour une implication des pharmaciens, également acteurs de première ligne.

Le SPF Santé, cité par le quotidien, rappelle que jusqu'à présent, toutes les informations nécessaires ont été envoyées dans trois courriels et qu'un site internet régulièrement mis à jour est également à disposition des médecins. Si la situation devait évoluer, ils seraient immédiatement avertis.

À l'échelon politique, le coronavirus fera l'objet d'une réunion de la commission de la Santé de la Chambre mardi.

  1. La production de masques à Fleurus: investissement et emplois créés

    La production de masques à Fleurus: investisse­ment et emplois créés

    Notre pays n’était pas préparé à la crise du coronavirus. Plusieurs couacs ont émaillé la gestion gouvernementale du problème. La distribution des masques chirurgicaux ne s’est pas déroulée sans heurt. Certains ne sont jamais arrivés. D’autres n’étaient pas conformes aux normes. La Région Wallonne a décidé d’intervenir pour que le secteur des soins de santé ne soit plus confronté à pareille pénurie à l’avenir.
  2. Coronavirus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos
    Play

    Coronavi­rus: une médecin se déplace de Charleroi à Zelzate pour dépister une maison de repos

    Les maisons de repos du pays sont dans une situation de grande urgence face à la propagation du coronavirus. À un tel point que la Wallonie a décidé de demander un soutien de l’armée et de la protection civile pour notamment y réaliser des tests de dépistage. Et pour cause, 378 personnes y ont péri depuis un peu avant le 25 mars dernier. En tout, 116 maisons de repos wallonnes sur les 600 comptabilisent au moins 10 cas d’infection au coronavirus. Une médecin carolo n’a pas attendu ces initiatives pour mettre la main à la pâte.
  3. Amnésique après un saignement de nez, elle ne reconnaît plus ses parents ni son petit ami

    Amnésique après un saignement de nez, elle ne reconnaît plus ses parents ni son petit ami

    Une jeune Britannique de 26 ans, originaire de Londres, a complètement perdu la mémoire après ce qui semblait être un banal saignement de nez. Son nom, son enfance, son job, ses parents: Sophie Clayton ne se souvient plus de rien. “Toute ma mémoire s’est évaporée. J’ai dû réapprendre à connaître mon petit ami, avec qui j’avais une relation depuis deux ans”, témoigne-t-elle dans la presse anglaise.