Tous les nouveaux patients de l'UZ Brussels sont désormais soumis à un scan des poumons

Tous les patients de l'UZ Brussels sont soumis, depuis lundi, à un scan des poumons dès leur arrivée pour détecter des signes éventuels d'infection au Covid-19, selon une information diffusée mercredi par Bruzz et confirmée par la porte-parole de l'hôpital Gina Volkaert.

UZ Brussel, 20/03/2020
Plein écran
UZ Brussel, 20/03/2020 © Photo News

Ces scans sont réalisés depuis 15 jours sur les patients présentant des symptômes du Covid-19. "Ces scans CT des poumons permettent de voir de manière immédiate s'il y a des infections visibles dans les poumons", explique Gina Volkaert. "On peut voir des tâches blanches sur l'image. Quand on voit cela, on demande directement un test Covid-19. Le scan CT est donc utilisé comme outil de triage et le diagnostic est confirmé par un test de coronavirus". 

Hôpital divisé en deux zones

Ces scans sont réalisés sur tous les patients depuis lundi pour éviter que des personnes qui entrent pour une hospitalisation normale ne soient exposés au virus. L'hôpital a en effet été divisé en deux zones, une réservée au Covid-19 et une non Covid-19.

Renforcer les mesures de triage

L'hôpital appelle aussi la population à ne pas attendre le dernier moment pour se rendre aux urgences. Les scans des poumons réalisés pour renforcer les mesures de triage vont aussi permettre de rassurer ceux qui ont peur de se rendre à l'hôpital. 

“C’est assez inquiétant”

"On voit que les patients qui viennent aux urgences aujourd'hui pour des raisons autres que le coronavirus sont déjà à des stades avancés", continue la porte-parole. "C'est assez inquiétant de voir des patients qui ont besoin d'un suivi continu, comme les diabétiques ou les personnes avec des problèmes cardiaques, ne pas avoir effectué leurs contrôles réguliers auprès des médecins". 

  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.