Plein écran
© AFP

Trump veut une "solution acceptable" au "dilemme" du vapotage

Donald Trump a indiqué lundi qu'il allait rencontrer les représentants du secteur des e-cigarettes pour trouver une "solution acceptable" au "dilemme" du vapotage, au centre d'un bras de fer entre les industriels et les autorités sanitaires américaines.

"Je rencontrerai les représentants de l'industrie du vapotage, avec des professionnels de la médecine et des représentants du gouvernement pour arriver à une solution acceptable au dilemme du vapotage et de la cigarette électronique", a écrit le président américain sur Twitter, avant de participer à une cérémonie d'hommage aux anciens combattants à New York.

"La santé et la sécurité des enfants, avec les emplois, seront les priorités", a-t-il ajouté.

La cigarette électronique est au centre d'une polémique depuis que 2.000 vapoteurs américains ont contracté une maladie pulmonaire qui a fait 39 morts. Les autorités sanitaires ont mis en cause une huile de vitamine E apparemment ajoutée dans des recharges au cannabis vendues sur le marché noir.

L'industrie du vapotage est aussi accusée de cibler particulièrement les jeunes, avec des recharges aromatisées, et de les rendre dépendants à la nicotine.

Une décision est attendue cette semaine à la Maison Blanche sur l'interdiction de ces arômes - à l'exception des goûts tabac et menthol- annoncée en septembre afin de réduire le vapotage des jeunes.

Donald Trump a fait savoir vendredi qu'il souhaitait aussi faire passer l'âge minimum pour acheter des cigarettes électroniques aux Etats-Unis de 18 à 21 ans.

Le leader du secteur dans le pays, Juul, avait annoncé la veille l'arrêt de la vente des recharges aromatisées à la menthe, après la publication d'une étude montrant que c'était le goût préféré des lycéens américains.

Les défenseurs du vapotage mettent en garde contre le coup financier porté au secteur si l'interdiction était confirmée, et l'importance des cigarettes électroniques pour dissuader les anciens fumeurs de reprendre.

"Cela ferait beaucoup de mal au secteur et pourrait mettre certains en faillite", a expliqué à l'AFP Johann Phipps, propriétaire d'une boutique de e-cigarettes aux Texas, qui a manifesté samedi devant la Maison Blanche.

"Le tabac et le menthol représentent peut-être un pourcent de nos ventes, alors qu'environ 85% sont les arômes de fruit", a-t-il ajouté.