Illustration
Plein écran
Illustration © thinkstock

Un reportage de la RTBF sur les implants mammaires fâche les chirurgiens plasticiens

La RTBF consacre son prochain numéro de “Questions à la Une” au sujet des implants mammaires. La Société royale belge de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique (RBSPS) a accepté de donner son point de vue pour défendre la pratique. Mais elle trouve que l’émission a opté pour un “reportage sensationnel”.

Avant même d’être diffusé ce mercredi, le numéro de “Questions à la Une” fait déjà grincer des dents. En cause, la manière dont l’émission est annoncée. “Nos implants mammaires ‘seraient en fait de véritables bombes dans le corps des femmes ... Toutes les femmes porteuses d’implants mammaires seraient exposées à de graves dangers pour leur santé. Mais les autorités et les associations de chirurgie plastique refusent de reconnaitre l’existence d’une telle maladie’”, cite la Société royale belge de chirurgie plastique dans un communiqué.

“Les responsables du programme, plutôt que de contribuer à un compte-rendu objectif et serein fondé sur des preuves scientifiques, ont opté pour un reportage sensationnel”, poursuit la RBSPS. Cette dernière avait accepté d’être interviewée dans le cadre de ce reportage pour “contribuer à une information correcte et scientifiquement prouvée, dans l’intérêt des femmes qui portent un implant mammaire”.

Le communiqué répond ensuite à différentes affirmations avancées dans l’annonce avant de “déplorer ce mode d’investigation à faire pâlir certains tabloïds britanniques”. Selon la RBSPS, cette émission a été programmée “à charge”, une méthode “indigne” d’une chaîne publique qui “ne doit pas chercher à faire de l’audience à tout prix”.

  1. Après les hôpitaux de Charleroi, les MR et les MRS carolos se mobilisent
    Interview

    Après les hôpitaux de Charleroi, les MR et les MRS carolos se mobilisent

    Le personnel de l’Hôpital Civil Marie Curie, d’André Vésale à Montigny-le-Tilleul et du Centre de Santé des Fagnes à Chimay avait manifesté sa colère la semaine dernière. Il se plaint du manque de moyens financiers alloués au secteur. Mardi, c’était au tour du site Notre-Dame du Grand Hôpital de Charleroi! Le lendemain, les expressions d’insatisfaction se sont étendues aux maisons de repos (MR) et aux maisons de repos et de soins (MRS) de la région carolo.