Vicky et la diététique au service des enfants autistes

Une nouvelle tête vient d’arriver à l’Espace 22, rue de la Station, à Ans. Vicky Beco est la nouvelle diététicienne dans ce centre-concept qui allie à la fois bien-être, beauté, parfumerie et santé. La jeune femme originaire de Spa se lance pour la première fois comme indépendante. Un défi de taille pour elle qui s’est décidée il y a un mois à peine et qui ouvrira les portes de son cabinet ce vendredi 25 octobre lors d’une journée d'inauguration.

Plein écran
L'inauguration du cabinet aura lieu ce vendredi 25 octobre. © Sarah Moran Garcia
Plein écran
Vicky a décidé de relever le challenge du statut d'indépendant. © Sarah Moran Garcia

Petite-fille de Léon Beco, qui a pratiqué à l’hôpital de Saint-Elisabeth de Verviers, et issue d’une famille dont la quasi totalité des membres évolue dans le milieu paramédical, le métier de diététicienne n’a pourtant pas été une évidence pour Vicky. “J’ai toujours été attirée par l’alimentaire. J’aime faire à manger, faire des pâtisseries. Au début, j’ai voulu suivre des études professionnelles dans l’horeca. Mais au PMS, on a jugé que j’avais les capacités pour aller dans l’enseignement technique. Je me suis orientée vers des études de laborantine”, explique-t-elle. À la suite de quoi, elle a poursuivi en supérieur dans la diététique.

Travail avec les enfants autistes

C’est durant ces trois années que la jeune femme a commencé à s’intéresser aux enfants autistes. “Un jour, ma prof de microbiologie nous en a parlé en cours, et ça a été comme une révélation pour moi. J’ai d’ailleurs réalisé mon TFE sur eux. Je me suis intéressée à la manière de favoriser l’introduction de nouveaux aliments et de nouvelles textures auprès des enfants atteints d'un trouble du spectre de l’autisme. J’ai d’ailleurs rencontré plusieurs d’entre eux dans différentes écoles, durant ma dernière année”, expose Vicky. Un intérêt et un désir de venir en aide à ces enfants et à leurs parents qui ne l’ont pas quittée une fois son diplôme en main. Son cabinet a été pensé pour accueillir au mieux ces jeunes hypersensibles. Son bureau a été peint dans des tons doux pour ne pas qu’ils se sentent agressés, et il est un peu isolé des autres afin qu’il n’y ait pas trop de bruit et que les parfums ne viennent pas gêner les enfants. 

Bien entendu, elle ne s’occupe pas exclusivement des personnes atteintes d’autisme. Elle propose des consultations classiques aux personnes qui cherchent un rééquilibrage alimentaire ou à celles qui ont des problèmes liés à une intolérance. Si ces visites sont individuelles et personnalisées, l’originalité que propose Vicky est de faire des séances collectives en fonction des pathologies des patients. “Je crois que ça peut booster certains de rencontrer d’autres personnes qui souffrent des mêmes problèmes, et de pouvoir en discuter. Il y aura par exemple des groupes de diabétiques, d’autres de personnes cœliaques ou intolérantes au lactose”, explique la jeune diététicienne.

Plein écran
Cet espace sera réservé aux consultations en groupes. © Sarah Moran Garcia

Des ateliers de cuisine

Vicky se lance à peine, mais elle ne manque pas d’ambition pour son cabinet. En janvier est déjà prévu un atelier culinaire, en collaboration avec Vivacook. “La première date sera consacrée à l’alimentation pour les diabétiques. À l’avenir, j’espère en proposer d’autres sans gluten ou sans lactose, par exemple”, commente la Spadoise. Il faut dire que ces deux intolérances sont devenues de plus en plus fréquentes dans notre société. Certains ont encore du mal à trouver leur équilibre alimentaire, alors qu'ils doivent se priver de certains aliments.

Vicky espère également pouvoir proposer des conférences, créer des espaces de discussions, en-dehors des consultations de groupes, pour pouvoir répondre aux questions de tout un chacun. L’entraide et le suivi est un point très important pour elle. D’ailleurs, dans les mois qui suivent, elle va lancer une application à l'intention de ses patients afin qu’ils gardent un œil sur leur évolution. Elle posera un regard juste sur chaque cas, mais pas sévère pour autant. “Mon but ne sera jamais de les restreindre. Je pense que manger doit rester un plaisir. Je ne vais jamais leur interdire de manger du chocolat, de boire une bière ou d’avaler un burger, conclut-elle.

Plein écran
Vicky propose plusieurs produits alimentaires "sans"s © Sarah Moran Garcia

Son cabinet sera ouvert tous les jours de la semaine de 8h30 à 18h30, avec une nocturne jusqu’à 22h le jeudi. Elle sera également disponible les samedis de 8h30 à 12h.

Retrouvez toute l’actualité de la région de Liège ici.