Plein écran
© getty

Au 14ème siècle, une nonne a simulé sa mort pour découvrir les "plaisirs charnels"

Une histoire "extraordinaire".

Des historiens britanniques de l'Université d'York sont en train de traduire du latin seize registres datant du 14ème siècle sur les activités du diocèse d'York. En 1318, l'archevêque William Melton a écrit une note concernant Joan de Leeds, une jeune nonne bénédictine du couvent de Saint Clément, lit-on sur le site du Guardian.

Dans cette note, William Melton prévient le doyen de Beverley. Il a entendu "une rumeur scandaleuse" à propos de Joan, qui, "avec son esprit malin", a simulé une maladie avant de faire croire qu'elle était morte, "sans craindre pour la santé de son âme". La jeune religieuse a été aidée par de nombreuses complices "diaboliques" afin de fabriquer un mannequin semblable à son corps, qui a ensuité été enterré "dans un endroit sacré" pour "induire en erreur les fidèles".

Après avoir simulé sa propre mort, Joan a "tourné le dos à la décence et à la religion" pour s'enfuir du couvent et "pervertir son chemin de vie" vers les "plaisirs charnels" et "loin de la pauvreté et de l'obéissance". Pour l'archevêque, Joan "doit rentrer" à Saint Clément. "Elle erre maintenant sans but et au péril de son âme", poursuit-il.

Une histoire "extraordinaire" selon la professeure Sarah Rees Jones, qui dirige ce projet de numérisation. "Malheureusement, et c'est très frustrant, on ne sait pas ce qui s'est produit ensuite. Il y a plusieurs cas de nonnes et de moines qui ont quitté les ordres mais on connaît rarement les détails de leur fuite."