Plein écran
© photo_news

Copyright oblige, "I have a dream" est interdit sur le web

VideoLe 28 août 1963, Martin Luther King prononçait l'un des discours les plus célèbres du XXe siècle devant plus de 250.000 personnes rassemblées à Washington. A l'occasion de la commémoration du cinquantième anniversaire de cet événement historique, les internautes ont pu se rendre compte que les mots du révérend étaient désormais propriété privée...

Time Square, New York, 28 août 2013. Cinquante ans plus tard. A 15 heures précises ce mercredi (heure locale), les passants du plus célèbre lieu-dit de Big Apple auront l'occasion d'assister à la rediffusion du discours de Martin Luther King, long de 17 minutes. Or, aussi surprenant que cela puisse paraître, le message de paix du pasteur afro-américain ne fait pas partie du domaine public. Sa diffusion est donc strictement protégée par des droits d'auteur... que possède la société EMI Publishing depuis 2009, s'étonne le quotidien français Libération.

En cette journée de commémorations, il est donc illégal de partager les images historiques et même de diffuser publiquement "l'oeuvre" auprès du grand public sur quelque support que ce soit. Ainsi, régulièrement, et plus particulièrement aujourd'hui, les hommages des internautes à l'égard du défenseur des droits civiques sont retirées des sites de partage pour "violation des conditions d'utilisation".

Les héritiers de Martin Luther King n'ont, semble-t-il, pas hésité à faire fructifier le patrimoine de leur glorieux ancêtre en le vendant aux plus offrants (Mercedes, Alcatel, notamment). En effet, pour revoir "I have a dream" en toute légalité, il n'existe qu'une possibilité: acheter le DVD 20 dollars sur le site du King Center: une situation paradoxale pour une telle personnalité.

Cette aberration commerciale a encouragé certains internautes militants à enfreindre la loi américaine en publiant illégalement les images historiques sur YouTube dans un élan de désobéissance civile.

Des images que vous pouvez découvrir ci-dessous mais sans doute pour peu de temps encore...

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.