Plein écran

De grandes chances d'observer une aurore boréale ce soir

Plein écran
L'éruption solaire était la plus forte enregistrée depuis le 13 mai 2005.

A la suite de l'éruption chromosphérique survenue dimanche dernier, les chances d'observer une aurore boréale dans le ciel belge ce mardi soir sont réelles, selon le site poollicht.be, spécialisé dans l'étude de ce type de phénomène.

Dimanche matin, une flamme solaire de classe 8,7 a été observée. Celle-ci a provoqué la plus forte tempête de protons depuis le 13 mai 2005, une tempête de catégorie 3, sur une échelle qui en compte 5.

Le nuage de plasma né par la suite se dirige vers la Terre à une vitesse de 2.200 km par seconde et pourrait arriver sur notre planète ce mardi après-midi vers 15h18 heure belge, avec une marge d'erreur de plus ou moins 7 heures.

Certains scientifiques prévoient en outre une tempête géomagnétique qui pourrait avoir des effets sur les satellites et autres connexions radio.

Il y a donc des "chances considérables" d'observer une aurore boréale mardi soir comme l'avait déjà annoncé lundi Doug Biesecker, physicien au Centre de prévision météorologique spatiale de la Noaa (Administration nationale des océans et de l'atmosphère).

Cette probabilité dépendra cependant du bon vouloir de la météo. L'Institut Météorologique Royal prévoit en effet une augmentation de la nébulosité durant la journée et des précipitations dans l'après-midi à l'ouest du pays. Cette nuit, la pluie devrait toucher l'ensemble du pays et des chutes de neige ne sont pas à exclure à l'est. Des prévisions météo malheureusement peu favorables à l'observation d'un tel phénomène. Ouvrez l'oeil! (mb)

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.