Plein écran
Photo prétexte © Twitter @Nasa

Des astronautes bientôt de retour sur la Lune? La Nasa dévoile son nouveau programme

Huit lancements de fusées et une mini-station en orbite lunaire d'ici 2024: le patron de la Nasa a présenté jeudi le calendrier du programme "Artémis" qui doit ramener des astronautes sur la surface lunaire pour la première fois depuis 1972.

L'administrateur de l'agence spatiale américaine a confirmé qu'Artémis 1 serait une mission non habitée autour de la Lune, planifiée pour 2020. Puis viendra Artémis 2, mission autour de la Lune avec des astronautes à bord, "en 2022 environ". Enfin, Artémis 3 emmènera des astronautes sur la Lune, dont la première femme à fouler le sol lunaire, en 2024 ,ce serait l'équivalent de la mission Apollo 11, qui a emmené Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur la Lune en juillet 1969.

Plus grande fusée de tous les temps

Ces trois missions Artémis seront lancées par la plus grande fusée de tous les temps, le Space Launch System (SLS), construite en ce moment mais dont le développement a pris beaucoup de retard, au point que le premier vol prévu de 2020 devrait être décalé, selon de nombreux experts. À son sommet se trouvera la capsule habitée Orion.

À ces missions "100% Nasa" s'ajouteront cinq livraisons des éléments de la "Gateway", la mini-station en orbite lunaire qui attendra les astronautes et leur servira de point d'étape. Ces cinq lancements seront réalisés entre 2022 et 2024 par des sociétés spatiales privées, que la Nasa rémunèrera.

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.