Plein écran
Illustration. © Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs belges ont greffé des neurones humains dans le cerveau de souris

Des chercheurs de l'ULB et de la KULeuven ont greffé des neurones humains dans le cerveau de souris afin d'y étudier les mécanismes qui sous-tendent la formation et le développement des circuits neuronaux, ont annoncé les deux universités jeudi dans un communiqué. Leurs travaux, inédits, ouvrent la voie à de nouvelles perspectives pour le traitement des lésions et l'étude des maladies cérébrales.

Les chercheurs, sous la direction des professeurs Vanderhaeghen et Bonin, ont mis au point une stratégie innovante pour greffer des neurones individuels humains dans des cerveaux de souris et étudier leur développement. 

"Nous avons différencié des cellules souches embryonnaires humaines en neurones, que nous avons injectés dans le cerveau de souriceaux. Cela nous a permis d'examiner des neurones humains dans un cerveau vivant pendant de nombreux mois", explique Daniele Linaro, de la KULeuven. 

"Des liens ont été identifiés entre les perturbations du développement de ces circuits et les déficiences intellectuelles, par exemple, ou encore certains troubles psychiatriques tels que la schizophrénie. Auparavant, il était cependant impossible d'étudier de très près les circuits neuronaux humains en action... mais plus maintenant", s'enthousiasme le professeur Bonin, de Neuro-Electronics Research Flanders (NERF, soutenu entre autres par la KULeuven).

Les chercheurs ont découvert que les cellules greffées se développaient de la même manière que dans un cerveau humain.

De plus, les cellules humaines sont capables de fonctionner au sein des circuits neuronaux de la souris. "Après des mois de maturation, les neurones humains ont commencé à traiter des informations, par exemple en répondant à des stimuli visuels de l'environnement", explique Ben Vermaercke, chercheur à la KULeuven.

Les neurones conservent leurs propriétés ‘jeunes’ même dans un cerveau adulte

L'étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Neuron, représente la première démonstration d'une réelle intégration de neurones dérivés de cellules souches pluripotentes humaines dans un circuit cérébral. Ce modèle pourrait être utilisé pour étudier toute une gamme de maladies soupçonnées d'influencer le développement des neurones humains en circuits neuronaux. 

Les résultats démontrent par ailleurs que les neurones conservent leurs propriétés 'jeunes' même dans un cerveau adulte (de souris). "Le fait que de jeunes neurones humains greffés soient capables de s'intégrer dans des circuits adultes est très prometteur en ce qui concerne la mise au point de traitements pour la neurodégénérescence ou les accidents vasculaires cérébraux, en greffant de nouveaux neurones pour remplacer ceux qui ont été perdus", conclut le professeur Vanderhaeghen.