Plein écran
Sept des quinze cochons ont été tués sur le coup © DR

Des cochons vivants utilisés pour simuler des accidents en Chine

Quinze jeunes cochons vivants ont servi de cobayes dans un crash test visant à tester l’efficacité de sièges pour enfants. Sept d’entre eux sont morts sur le coup.

Voici une nouvelle pratique qui révolte les défenseurs des droits des animaux. Privés d’eau et de nourriture pendant plusieurs heures, des porcelets de deux mois ont ensuite été attachés dans des sièges pour enfants en Chine. Ils ont été propulsés contre un mur, à une vitesse pouvant atteindre les 30km/h, dans le cadre d’un simulateur d’accident qui testait l’efficacité des sièges pour enfants.

Sur les quinze animaux testés, sept sont morts immédiatement après l’impact et les huit autres sont blessés à des degrés divers. “Des abrasions, des contusions, des lacérations ou encore des fractures” ont été constatées selon l’International Journal of Crashworthiness. Au préalable, les scientifiques avaient administré un anesthésique aux jeunes cochons pour réduire leur stress.

Selon les chercheurs, l’étude a été approuvée par un comité d’éthique et les porcs avaient été sélectionnés pour leur morphologie, similaire à celle d’un enfant de six ans. Mais l’association PETA ne l’entend pas de cette oreille. “Laisser des animaux intelligents et sensibles comme les porcs s’écraser sur les murs lors de tests à grande vitesse en Chine est tout simplement cruel”, s’indigne Anne Meinert, porte-parole de l’ONG.

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.